denis charlet afp
Au lycée Fénelon, le 18 décembre 2020, hommage à Fouad, lycéenne transgenre qui s'est suicidée le 16 décembre 2020. © Denis Charlet/AFP

École et tran­si­den­ti­té : le retard fran­çais

Causette s’associe au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Nous vous pro­po­sons ci-​après un article d'Arnaud Alessandrin, socio­logue à l'Université de Bordeaux, dres­sant le tableau des man­que­ments de l'Education natio­nale quant à la prise en charge inclu­sive des élèves trans, très sou­vent dis­cri­mi­nés. L'auteur pro­pose aus­si des pistes d'amélioration, de nature à évi­ter le pire, comme le sui­cide de ces enfants.

Arnaud Alessandrin, Université de Bordeaux

Le sui­cide d’une lycéenne trans en décembre 2020 a sus­ci­té une vague d’émotion et d’indignation, inter­ro­geant les failles de l’Éducation natio­nale quant à la prise en compte et de prise en charge des mineurs trans­genres, gen­der fluid ou non binaires.

Lire aus­si l Reportage auprès des ami·es de Fouad, lycéenne trans­genre qui s’est don­né la mort

Témoignages sur les réseaux sociaux, don­nées chif­frées, com­pa­rai­sons inter­na­tio­nales : tout concourt à la mise en évi­dence d’un retard fran­çais.

À tra­vers ce texte, il s’agit de reve­nir sur ce que (ne) fait (pas) l’Éducation natio­nale en direc­tion des jeunes per­sonnes trans­genres et celles qui ne res­pectent pas les normes de genre ain­si que sur les pers­pec­tives d’améliorations en la matière.

Transphobie à l’école

Si le sujet des tran­si­den­ti­tés à l’école semble juste émer­ger, la recherche (notam­ment fran­çaise) s’est pour­tant pen­chée sur cette ques­tion depuis quelques années. En 2014, la revue « Les cahiers de la tran­si­den­ti­té » publient un numé­ro spé­cial inti­tu­lé Tableau noir : les tran­si­den­ti­tés et l’école. À cette époque, seules les asso­cia­tions – comme SOS Homophobie ou le MAG – par­viennent à chif­frer les vio­lences trans­phobes en milieu sco­laire. Les enquêtes qua­li­ta­tives et les témoi­gnages viennent donc éclai­rer ce qui reste alors un impen­sé par­mi les publics de l’Éducation natio­nale.

Des recherches plus récentes sta­bi­lisent nos connais­sances. En 2018, la recherche « Santé LGBTI » per­met de mesu­rer le sen­ti­ment de bien-​être sco­laire des élèves LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bi, Transgenres et Intersexes). Il en res­sort qu’au col­lège, 73 % des élèves LGBTI ont res­sen­ti de dif­fi­cul­tés sco­laires ou rela­tion­nelles, qu’au lycée ce taux se main­tient à 57 %… et qu’il s’élève à 82 % en ce qui concerne les élèves trans !

Les don­nées dis­po­nibles rejoignent donc les témoi­gnages qui fleu­rissent sur les réseaux sociaux. Le sys­tème édu­ca­tif fran­çais, de la pri­maire à l’université, semble en inca­pa­ci­té d’avoir une poli­tique inclu­sive à l’égard de mino­ri­tés de genre (et de sexua­li­té) aux­quelles elle s’adresse pour­tant.

Concernant les élèves trans ou non binaires, les points d’échauffement sont nom­breux : incom­pré­hen­sion ou déni face aux pre­mières inter­pel­la­tions par l’élève, pro­grammes sco­laires (en Sciences et Vie de la Terre ou en édu­ca­tion phy­sique) non adap­tés ou clai­re­ment dis­cri­mi­na­toires, accueils et accom­pa­gne­ments sco­laires défaillants, dis­po­si­tifs péda­go­giques (notam­ment en matière d’éducation à la sexua­li­té) excluants, non prise en charge des cas de trans­pho­bie…

Des avan­cées trop timides

La réponse des pou­voirs publics tient pour ain­si dire à quelques per­sonnes. En 2012, le gou­ver­ne­ment ins­talle une délé­ga­tion inter­mi­nis­té­rielle de lutte contre la vio­lence sco­laire, sous la direc­tion d’Éric Debarbieux. La trans­pho­bie n’est pas dans la feuille de route de cette délé­ga­tion, mais cer­tains membres, comme la cher­cheuse Johanna Dagorn ou Éric Debarbieux lui-​même, vont s’engager à l’inscrire dans les outils créés par la délé­ga­tion.

Ainsi naî­tra une cam­pagne contre le har­cè­le­ment à l’école qui, jusqu’à très récem­ment, offri­ra aux professionnel·le·s de l’enseignement la seule trace offi­cielle du mot « trans­pho­bie ». C’est dire le retard de l’Éducation natio­nale sur ces ques­tions.

Interview d’Eric Debarbieux (NonAuHarcelement, Ministère de l’Éducation, 2012).

Les référent·e·s filles/​garçons et lutte contre les dis­cri­mi­na­tions sont alors bien démunie·e·s lorsqu’il s’agit de répondre à des éta­blis­se­ments ou à des enseignant·e·s qui font face à des demandes d’élèves ou de parents en tran­si­tion… Si tant est que ces professionnel·le·s soient formé·e·s sur ces ques­tions, ce qui est loin d’être le cas étant don­né la place accor­dée aux ques­tions LGBTIQ au sein des for­ma­tions ini­tiales des ensei­gnantes et des ensei­gnants !

Dans un même temps, les contro­verses autour de la ques­tion du genre n’ont pas per­mis à l’Éducation natio­nale d’être plei­ne­ment à l’écoute des besoins de ces élèves et de leurs proches. Critiquée pour dif­fu­ser la « théo­rie du genre » ou pour favo­ri­ser un « pro­sé­ly­tisme LGBT », l’Éducation natio­nale a lar­ge­ment pré­fé­ré la poli­tique de l’autruche à l’action (et dont les ABCD de l’égalité ont lar­ge­ment fait les frais).

Il fau­dra attendre 2018, et la cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion aux LGBTphobies (inti­tu­lée « ça suf­fit ! ») pour que réap­pa­raisse le terme de trans­pho­bie. Le dis­po­si­tif mis en œuvre (affi­chage, for­ma­tions) reste néan­moins très confi­den­tiel et les professionnel·le·s de l’enseignement misent alors sur les IMS (les Interventions en Milieu Scolaire) et sur le sec­teur asso­cia­tif pour ani­mer cette dimen­sion nou­velle dans la poli­tique de lutte contre les dis­cri­mi­na­tions au sein des éta­blis­se­ments.

En 2019, deux autres évè­ne­ments viennent mar­quer un enga­ge­ment des rec­to­rats et du gou­ver­ne­ment en faveur des mino­ri­tés de genre et de sexua­li­té à l’école :

  • la créa­tion d’un obser­va­toire des LGBT-​phobies au sein du rec­to­rat de Paris
  • la dif­fu­sion d’un Vadémécum pour défendre les droits des per­sonnes trans (notam­ment à l’école) par la DILCRAH (Délégation Interministérielle de Lutte contre les dis­cri­mi­na­tions).

L’ensemble de ces outils, bien que néces­saires, sonnent néan­moins comme un aveu d’échec au regard des don­nées dis­po­nibles en matière de trans­pho­bie dans les éta­blis­se­ments sco­laires aujourd’hui en France.

Perspectives d’améliorations

Alors que faire face à ce constat d’inclusion ratée des per­sonnes trans et non binaires dans les écoles fran­çaises ? Plusieurs pistes peuvent être explo­rées avec, bien sou­vent, des exemples locaux ou inter­na­tio­naux qui seraient e mesure d’inspirer le minis­tère de l’Éducation natio­nale.

Du côté des tranches d’âges concer­nées par les mesures de for­ma­tions et de sen­si­bi­li­sa­tion aux ques­tions de genre (c’est-à-dire non seule­ment d’égalité filles-​garçons mais plus encore d’inclusion des ques­tions LGBT), l’école pri­maire est la grande oubliée. Or, des films comme Petite fille de Sébastien Lifshitz montrent bien que les inter­ro­ga­tions propres aux iden­ti­tés de genre de cha­cun et cha­cune appa­raissent tôt dans le déve­lop­pe­ment psy­cho­sexuel nor­mal des enfants.

Interview au sujet du docu­men­taire « Petite Fille » (Arte).

Du côté pro­grammes d’une part, et notam­ment des cours d’éducation à la sexua­li­té, une cher­cheuse comme Gabrielle Richard a su mon­trer com­bien des péda­go­gies anti-​oppressives, fémi­nistes et inclu­sives per­mettent une dimi­nu­tion de l’ostracisme vécu ou subi par les mino­ri­tés de genre et de sexua­li­té et, paral­lè­le­ment, un plus grand épa­nouis­se­ment des élèves LGBTIQ. À cet égard, les cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion, de pré­ven­tion, et de rap­pel à la loi doivent être accen­tuées.

D’autre part, les for­ma­tions ini­tiales et conti­nues des professionnel·le·s de l’Éducation natio­nale laissent une place trop mar­gi­nale aux ques­tions de sexua­li­té, d’orientation sexuelle et d’identité de genre. Or, l’actualité média­tique comme celle des éta­blis­se­ments montrent l’urgence de prendre en compte ces dimen­sions édu­ca­tives.

Des for­ma­tions ins­crites au PAF (Plan aca­dé­mique de for­ma­tion) des rec­to­rats, ou déployées dans les INSPE (Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation) ou à l’IH2EF (Institut des hautes études de l’éducation et de la for­ma­tion) sont à pré­co­ni­ser. CPE, infirmier·e·s sco­laires, enca­dre­ment ou chargé·e·s de mis­sion éga­li­té filles-​garçons sont des cibles pri­vi­lé­giées de ces for­ma­tions, qui visent notam­ment à mai­tri­ser l’environnement social et asso­cia­tif qui œuvre sur ces ques­tions au plus près des ter­ri­toires des professionnel·le·s.

Mais il est une autre dimen­sion à prendre en compte : l’architecture sco­laire (les toi­lettes, les cours de récréa­tion) et la mai­trise col­lé­giales des « bonnes pra­tiques » d’accueil et d’inclusion des mineurs trans. Les éta­blis­se­ments sco­laires fran­çais sont actuel­le­ment seuls lorsqu’il s’agit de répondre à des sol­li­ci­ta­tions de per­sonnes trans. Les inéga­li­tés de trai­te­ment à l’échelle du ter­ri­toire en sont donc d’autant plus mar­quées.

La créa­tion rapide d’un pro­to­cole d’accueil et d’accompagnement, éla­bo­ré en concer­ta­tion avec les asso­cia­tions concer­nées, est alors à encou­ra­ger (res­pect du pré­nom d’usage, moda­li­tés admi­nis­tra­tives d’échange avec le/​la jeune sco­la­ri­sé, for­ma­tion interne des professionnel·le·s, adap­ta­tion des cours d’EPS, moda­li­tés d’accompagnement des jeunes et de leurs entou­rages…).

Comme nous venons de le consta­ter les retards fran­çais en la matière sont consi­dé­rables. La place des parents dans la tri­an­gu­la­tion « enfants »/​« école »/​« parents » est aus­si à inter­ro­ger : com­ment accom­pa­gner au mieux les parents dans l’intérêt de l’enfant, sans mettre en dan­ger ni en conflit de loyau­té ce der­nier, et en favo­ri­sant sa bonne par­ti­ci­pa­tion sco­laire ?

Il est à espé­rer que les cas mal­heu­reux de dis­cri­mi­na­tions et de sui­cides qui ont par­se­mé l’actualité récente fassent réagir le minis­tère. Dans l’attente de mesures volon­ta­ristes, de nom­breux autres élèves trans et non binaires conti­nuent d’être dis­cri­mi­nés, vio­len­tés et ostra­ci­sés.

Cet article est repu­blié à par­tir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article ori­gi­nal.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés