fbpx

Drague : les machos n’ont plus le mojo

Fervent lecteur du Deuxième Sexe cherche amatrice d’Angela Davis pour rencontre et plus si affinités.

causette2
© Simon de Reyer

En plus d’éveiller les consciences au fléau des violences sexuelles, le mouvement #MeToo a entraîné dans son sillage l’élaboration d’une « nouvelle civilité sexuelle », selon les mots de la sociologue Irène Théry. Cela permettrait de réinventer les rapports amoureux de manière respectueuse et inclusive, dans le meilleur des cas. Vraiment ? Comment les garçons déconstruits draguent-​ils aujourd’hui ? En quoi les cartes de la séduction sont-​elles rebattues ? La révolution féministe est-​elle vraiment en marche sur le vaste « marché de la drague » ? 

Du côté des garçons initiés aux rudiments du féminisme (souvent par des conjointes), la plupart s’accordent sur un point : pour bien draguer, mieux vaut… ne rien faire ! Et partager l’addition. Less is more, sur le modèle canadien ou scandinave. Une attitude de « disempowerment » 1 qui permet de contrevenir au schéma éculé de la proie et du chasseur, ou à celui de la « liberté d’importuner ». Giuseppe, 33 ans, père célibataire d’une fillette de 5 ans, est formel : « Aujourd’hui, il faut vraiment laisser tomber le modèle de la chevalerie et de Casanova, ce n’est plus du tout possible. » Adrian, musicien californien de 32 ans,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
black and white train on track

Faut-​il utiliser le terme « racisé·e » ?

Vous l’avez sans doute déjà lu dans Causette. Vous l’avez certainement entendu dans les débats sur le racisme. Depuis quelques années, l’expression « personnes racisées » a fait irruption pour désigner, pêle-​mêle, les personnes non...