fbpx
Publicité

Drague : les machos n’ont plus le mojo

Fervent lecteur du Deuxième Sexe cherche amatrice d’Angela Davis pour rencontre et plus si affinités.

causette2
© Simon de Reyer

En plus d’éveiller les consciences au fléau des violences sexuelles, le mouvement #MeToo a entraîné dans son sillage l’élaboration d’une « nouvelle civilité sexuelle », selon les mots de la sociologue Irène Théry. Cela permettrait de réinventer les rapports amoureux de manière respectueuse et inclusive, dans le meilleur des cas. Vraiment ? Comment les garçons déconstruits draguent-​ils aujourd’hui ? En quoi les cartes de la séduction sont-​elles rebattues ? La révolution féministe est-​elle vraiment en marche sur le vaste « marché de la drague » ? 

Du côté des garçons initiés aux rudiments du féminisme (souvent par des conjointes), la plupart s’accordent sur un point : pour bien draguer, mieux vaut… ne rien faire ! Et partager l’addition. Less is more, sur le modèle canadien ou scandinave. Une attitude de « disempowerment » 1 qui permet de contrevenir au schéma éculé de la proie et du chasseur, ou à celui de la « liberté d’importuner ». Giuseppe, 33 ans, père célibataire d’une fillette de 5 ans, est formel : « Aujourd’hui, il faut vraiment laisser tomber le modèle de la chevalerie et de Casanova, ce n’est plus du tout possible. » Adrian, musicien californien de 32 ans,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
annick niquet

Petite histoire du mot « camionneuse »

Camionneur est une des professions qui, par la magie du patriarcat, devient une insulte au féminin. Eli Flory, autrice, raconte la fabrique de ce cliché et comment les lesbiennes en ont fait un outil de lutte.