Publicité
detective a
© Camille Besse

Détective privée : « je peux me retrouver à faire des filatures en short et tongs ou en combi sur une piste de ski »

Julie Terraillon, 30 ans, est détective privée. Sous sa perruque brune et derrière ses fausses lunettes, elle traque les époux infidèles, les ados en fugue et les travailleurs malhonnêtes.

Mon métier n’a rien à voir avec l’idée qu’on s’en fait. Dans l’imaginaire collectif, un détective est un homme qui fume des cigares, espionne des communications privées, prend des empreintes… En réalité, nous devons respecter la loi au sens strict : nous ne bénéficions d’aucun passe-​droit. Je suis une citoyenne lambda dotée de beaucoup de patience, spécialisée dans l’enquête et dont la parole en tant que témoin fait foi devant un tribunal.

De nombreux jeunes biberonnés aux séries policières jettent l’éponge au bout d’un mois, effrayés par le côté physique de la profession : 60 % de notre boulot se passe sur le terrain, notamment au moment des filatures, qu’on appelle des « filoches ». Devant, derrière, sur le côté : il s’agit de suivre un individu[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
nounours

Migrants : bébés sous les verrous

Contrairement à l’administration Trump, l’État français ne sépare pas les enfants migrants de leurs parents. Mais il les met derrière les barreaux. Le 4 avril, en Gironde, un couple et ses cinq enfants – le plus jeune avait 3 semaines –...