Publicité

Céline, infirmière en psychiatrie : « Mon quotidien, c’est jongler en avançant sur un fil »

Céline, 37 ans, est infirmière depuis dix ans. Après plusieurs années en service de psychiatrie, elle travaille au sein d’un foyer de postcure à Paris. Cette structure publique, à cheval entre l’hospitalisation complète et le monde extérieur,
aide les patient·es à retrouver leur rythme.

110 infirmiere camille besse 1
© Camille Besse

« Les dix-​huit patients, hommes et femmes, qui séjournent ici sortent tous “d’intra”, selon notre jargon, c’est-à-dire qu’avant d’arriver ici, ils ont été hospitalisés pour des pathologies psychiatriques diverses (­schizophrénie, troubles bipolaires…). Nous, on intervient une fois la crise passée et la maladie en voie de stabilisation. C’est toujours l’hôpital même si, vu de l’exté­rieur, notre immeuble moderne ne ressemble pas à un service hospitalier.

Quand je suis du matin, je commence à 6 h 45, je prends le relais des collègues de nuit. Autour de 7 h 30, avec l’équipe de jour, qui compte entre deux et six personnes selon les moments de la journée, dont des infirmiers et infirmières, des aides médico-​psychologiques et des éducateurs et éducatrices, on réveille les patients. Nous, les infirmiers et infirmières, on[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés