paris manifestation femmes
© AFP

Août 1970 : le triomphe de la femme du sol­dat incon­nu

À Paris, le 26 août 1970, une dizaine de femmes tente de dépo­ser une gerbe pour « la femme incon­nue du Soldat incon­nu » sous l’Arc de triomphe. Par leur action, elles veulent faire entendre leur com­bat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce pre­mier coup d’éclat lance, publi­que­ment, le Mouvement de libé­ra­tion des femmes. Il y a exac­te­ment cin­quante ans. 

En ce mois d'août 1970, les rues de Paris comme les colonnes des jour­naux sont plu­tôt désertes. C’est ain­si que l’action d’une dizaine de femmes à l’Arc de triomphe fait la Une de France-​Soir : « Les mani­fes­tantes fémi­nistes de l’Étoile n’ont pas pu dépo­ser leur gerbe “À la femme incon­nue du Soldat”. » La date du 26 août 1970 est sym­bo­lique. De l’autre côté de l’Atlantique, les Américaines sont en grève géné­rale et mani­festent à l’occasion du cin­quan­tième anni­ver­saire du suf­frage fémi­nin. À New York, elles sont cin­quante mille à défi­ler. 

Depuis le début des années 1960, le Women’s Liberation Movement prend de l’ampleur et réclame une réelle éga­li­té entre les femmes et les hommes. En France, il y a bien eu une ten­ta­tive, pen­dant les évé­ne­ments de Mai-​68, de faire entendre la voix des femmes. Mais l’effervescence est rapi­de­ment retom­bée. Pourtant, des groupes de femmes conti­nuent de se réunir à Paris. Le Féminin Masculin Avenir (FMA), fon­dé en 1967, pour­suit ses réflexions avec quatre membres, Anne Zelensky, Jacqueline Feldman, Emmanuèle de Lesseps et Christine Delphy. Il y a aus­si un groupe d’une dizaine de femmes, réunies depuis sep­tembre 1969 autour de Gille et Monique Wittig, des Américaines Marcia Rothenburg et Margaret Stephenson, ou encore d’Antoinette Fouque. Dans celui-​ci, les dis­cus­sions sont ani­mées et les visions oppo­sées, sur­tout quand les sœurs Wittig et les Américaines décident d’attirer l’attention sur leur exis­tence, dans l’espoir de convaincre de nou­velles femmes. Pour cela, elles écrivent, en mai 1970, un article inti­tu­lé « Combat pour la libé­ra­tion de la femme » dans L’Idiot inter­na­tio­nal.

La publi­ca­tion atteint son but, les membres du FMA prennent contact. Une ren­contre a lieu chez Marcia Rothenburg avec une tren­taine de femmes. « Elle habi­tait un deux-​pièces d’intellectuelle bohème, écrit Jacqueline Feldman. On s’y entas­sait… C’était beau­coup plus cha­leu­reux, et l’on prit l’habitude de pas­ser ces réunions assises par terre. Il n’y avait pas d’ordre du jour. Cela allait au hasard. Et ça mar­chait. » Lors d’une réunion naît l’idée de l’action à l’Arc de triomphe. « On avait des dis­cus­sions très longues et très mar­rantes, se sou­vient Christine Delphy. Je ne sais pas qui est la pre­mière per­sonne qui a par­lé de l’Arc de triomphe, mais on l’a fait. » Les mili­tantes sou­haitent affi­cher leur soli­da­ri­té avec les Américaines, faire taire tous ceux qui répètent qu’il n’y a pas de pro­blèmes entre les femmes et les hommes en France, mais aus­si que leur action soit connue d’un maxi­mum de femmes. Toutes ne sont pas d’accord et, fina­le­ment, elles ne sont que neuf à par­ti­ci­per.

Interpellation

Le 26 août 1970, rendez-​vous est don­né à 17 h 30. Elles marchent rapi­de­ment. Par groupe de deux, elles déplient des ban­de­roles sur les­quelles on peut lire « Un homme sur deux est une femme » ; « Solidarité avec les femmes en grève aux USA » ; ou encore « Il y a encore plus incon­nu que le Soldat incon­nu, sa femme ». Au milieu du groupe, Christine Delphy et Margaret Stephenson portent une énorme gerbe de fleurs, entou­rée d’un large ruban vio­let : « À la femme incon­nue du Soldat, les femmes en lutte. » Elles n’ont pas le temps de la dépo­ser que des poli­ciers se ruent sur elles, leur arra­chant leurs ban­de­roles et les empoi­gnant. « Ils ne vou­laient sur­tout pas que la gerbe reste, alors ils l’ont empor­tée très vite et ont replié nos ban­de­roles », témoigne Cathy Bernheim. Les poli­ciers ne savent pas com­ment réagir. « Il y avait un poli­cier qui ne savait pas quoi faire, il avan­çait, il recu­lait, il a failli s’asseoir sur la flamme ! » raconte Christiane Rochefort. Ils finissent par toutes les embar­quer dans le pilier gauche de l’Arc de triomphe, où se trouve un poste de police. « Mais vous n’avez pas honte ? » demande le com­mis­saire à Christine Delphy. Lorsque Margaret tend son pas­se­port au poli­cier, ce der­nier l’interroge : « Vous, les Américaines, vous pen­sez que la moi­tié des hommes sont effé­mi­nés ? » Ils ne com­prennent pas le sens de la ban­de­role « Un homme sur deux est une femme ». De son côté, Christiane Rochefort, roman­cière connue, se voit faire la leçon. Un poli­cier lui explique qu’il faut deman­der une per­mis­sion pour mani­fes­ter. « Mais vous nous l’auriez don­née ? » interroge-​t-​elle. « Bien sûr que non ! » s’exclame le poli­cier. 

Dépassés par cette action, sous les yeux éber­lués des tou­ristes, les poli­ciers ont appe­lé trois cars, qui arrivent toute sirène hur­lante, pour embar­quer les mani­fes­tantes. « On était abso­lu­ment déchaî­nées, raconte Christine Delphy. Ils ont fait pin-​pon, pin-​pon, avec leur sirène, et quand ils se sont ren­du compte qu’on n’était pas des dan­ge­reuses révo­lu­tion­naires, ils ont arrê­té. Alors nous, on criait pin-​pon par les fenêtres, vexées qu’ils aient arrê­té. » Toutes quittent au bout de quelques heures le com­mis­sa­riat du VIIIe arron­dis­se­ment.

Le len­de­main, l’action fait la Une de jour­naux natio­naux. En réfé­rence au Women’s Lib, la presse fran­çaise parle d’un « Mouvement de libé­ra­tion de la femme ». De nom­breuses femmes rejoignent alors le mou­ve­ment. Quelques semaines plus tard, en sep­tembre 1970, une assem­blée géné­rale a lieu aux Beaux-​Arts de Paris et réunit plus de cent femmes. Le MLF est bel et bien lan­cé et fait du coup d’éclat à l’Arc de triomphe sa marque de fabrique. 

1967

Création du groupe Féminin Masculin Avenir (FMA),
qui devien­dra Féminin Marxiste Avenir

1967
Mai 1968

Le FMA orga­nise une réunion sur les droits des femmes dans la Sorbonne occu­pée 

Mai 1968
Mai 1970

Parution de l’article
« Combat pour la libé­ra­tion de la femme »
dans
L’Idiot inter­na­tio­nal

Mai 1970
26 août 1970

Dépôt d’une gerbe pour
« La femme incon­nue du Soldat » à l’Arc de triomphe par neuf mili­tantes

26 août 1970
27 août 1970

La presse fran­çaise parle de
la créa­tion d’un « Mouvement pour la libé­ra­tion de
la femme », actant sym­bo­li­que­ment
la fon­da­tion du MLF

27 août 1970

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
125 thèse taxi © Placide Babilon pour Causette

Profession en crise : ça roule pas fort pour les taxis

Causette : Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux taxis parisiens ? Guillaume Lejeune : Mes parents sont chauffeurs de taxi, ce qui m’a donné cette idée d’étude. Et j’ai découvert que ce sujet avait très peu été abordé – il y a moins de cinq travaux...