fbpx
Capture d’écran 2022 03 10 à 14.26.06
École élémentaire pour garçons au Moule, en Guadeloupe. © Archives départementales de la Guadeloupe

Antilles, 1940 : Pétain ren­voie les ensei­gnantes dans leur foyer

Avec sa « loi sur le tra­vail fémi­nin », le régime de Vichy a empê­ché les femmes mariées d’accéder à l’administration. Sévèrement appli­quée en Martinique et en Guadeloupe, la mesure a affec­té en par­ti­cu­lier les institutrices.

« Est pro­vi­soi­re­ment inter­dit à comp­ter de la publi­ca­tion du pré­sent acte, l’embauche ou le recru­te­ment de femmes mariées dans les emplois des admi­nis­tra­tions ou ser­vices de l’État […]. » Le 11 octobre 1940, le gou­ver­ne­ment de Philippe Pétain met en place sa vision tra­di­tio­na­liste du tra­vail et de la famille, en excluant tout nou­veau recru­te­ment d’épouses dans le sec­teur public, y com­pris dans l’administration colo­niale. L’article 8 de la loi per­met même de mettre à la retraite d’office les fonc­tion­naires de plus de 50 ans. La rai­son ? Officiellement : la lutte contre le chô­mage. Officieusement : l’amorce d’un retour de la femme au foyer. « Parmi les femmes fonc­tion­naires, les ins­ti­tu­trices des Antilles fran­çaises furent tout spé­cia­le­ment tou­chées par ladite loi »,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés