fbpx

Alix Desmoineaux brise l'omerta des vio­lences sexuelles dans le milieu de la téléréalité

Celle qui s'est faite connaître en 2017 dans des émis­sions de télé­réa­li­té a pris depuis 2020 un autre virage. L'ex-candidate Alix Desmoineaux brise aujourd'hui l'omerta des vio­lences sexuelles dans le vase clos très fer­mé qu'est la téléréalité.

thumbnail PHOTO 2021 10 28 18 56 14
Alix Desmoineaux

C’est par visio que nous ren­con­trons Alix Desmoineaux, alias Alix DMX sur les réseaux sociaux. À dis­tance, non pas à cause du Covid mais parce que la jeune femme de 28 ans, décou­verte en 2017 dans des pro­grammes de télé­réa­li­té fran­çaise, s’est ins­tal­lée il y a peu dans une vil­la de la luxueuse sta­tion bal­néaire espa­gnole de Marbella. Si l’influenceuse aux deux mil­lions d’abonné·es n’est pas allée aus­si loin que nombre de ses pairs s’exportant depuis quelque temps sous le soleil de Dubai, c’est peut-​être parce qu’Alix ne fait pas comme tout le monde. Après avoir par­ti­ci­pé à La Villa des cœurs bri­sés, aux Marseillais ou encore aux Princes et Princesses de l’amour, la flam­boyante brune a défi­ni­ti­ve­ment rac­cro­ché les camé­ras en 2020, alors même qu’elle était au zénith de sa popu­la­ri­té. Sa der­nière par­ti­ci­pa­tion aux Marseillais avait d’ailleurs pul­vé­ri­sé les records d’audience toutes sai­sons confondues.

« C’est une vidéo d’agression sexuelle »

Mais si Alix s’est mise à l’heure espa­gnole pour « se pro­té­ger d’une sur­mé­dia­ti­sa­tion en France », elle ne s’est pas pour autant fait oublier. Mieux, elle est deve­nue il y a quelques semaines l’une des fers de lance du #metoo de la télé­réa­li­té qui agite le micro­cosme depuis quelques mois. Il faut se rendre à l'évidence : que ce soit sur petit écran, sur Instagram ou en visio, une chose reste immuable chez la jeune femme aux longs che­veux lisses : son franc-​parler. Verbe haut, débit rapide, l'aisance orale d'Alix est aus­si spon­ta­née que ses convic­tions sont fortes. « Les gens qui me connaissent savent bien que je ne parle jamais pour rien dire », lance sans sour­ciller la jeune femme à Causette assise en tailleur sur son cana­pé crème. Alix Desmoineaux fait réfé­rence à la dif­fu­sion, début novembre, par Melty d’une inter­view dans laquelle elle dénonce une vidéo qu’elle a vu sur le télé­phone d’un autre can­di­dat en août 2019 lors de la confé­rence de presse de la sai­son 4 des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
annick niquet 2

Des pseu­dos beaux comme les camions

Jacky42, L'Ouragan, Ange66 ou Fantastique : les pseu­dos des routier·ères, c'est tout une his­toire. Simples ou créa­tifs, ils en disent tou­jours beau­coup. C'est presque des mes­sages ambu­lants ins­crits sur une fausse plaque...