fbpx
two man talking to each other on grass field
©nathananderson

Aidant·es : un congé désor­mais rému­né­ré, mais tou­jours pas de répit

Depuis le 1er octobre, le congé de proche aidant est rému­né­ré. Les aidant·es salarié·es pour­ront désor­mais prendre des jours de congés rému­né­rés par l’État afin de prendre soin de leurs proches. De leur côté, en cette jour­née du 6 octobre qui est la leur, les aidant·es ont pré­fé­ré axer leurs reven­di­ca­tions sur le thème du répit. Une demande urgente et criante pour les 11 mil­lions de Français·es qui accom­pagnent un proche en perte d’autonomie ou vic­time de patho­lo­gies lourdes.

Bonne nou­velle pour les per­sonnes qui s’occupent d’un parent malade ou han­di­ca­pé : depuis le 1er octobre, le « congé de proche aidant » est désor­mais rému­né­ré, à la suite d’une déci­sion du gou­ver­ne­ment, qui compte allouer 105 mil­lions d’euros sur la période 2020–2022 pour finan­cer la mesure, ain­si que ren­for­cer « la diver­si­fi­ca­tion des solu­tions de répit ».

En France, par­mi les 11 mil­lions d’aidant·es fami­liaux, 57 % conti­nuent une acti­vi­té pro­fes­sion­nelle​*​. Mesure phare de la ren­trée du minis­tère des Solidarités et de la Santé, l’amélioration du « congé de proche aidant » était atten­due : faute d’être rému­né­ré et réser­vé aux salarié·es du sec­teur public, cet[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
116 la these karim charredib placide babilon pour causette

Ce que les zom­bies disent de nous

Quand on a vu qu’un festival de philosophie sur la Zombie Theory* était organisé cet automne, on n’a pas résisté à l’envie d’interroger l’un des participants, Karim Charredib.