fbpx

Accusations de viols contre Damien Abad : la gauche demande sa suspension

Après les révé­la­tions de Mediapart ce same­di quant aux accu­sa­tions de viols contre Damien Abad, la gauche et plu­sieurs asso­cia­tions appellent à démettre le nou­veau ministre des Solidarités de ses fonc­tions, par mesure de pré­cau­tion. De leur côté, ses anciens col­lègues chez Les Républicains affirment ne pas être sur­pris par ce scandale. 

damien abad
Damien Abad, nou­veau ministre des Solidarités
© Wikimedia Commons

Le gou­ver­ne­ment Borne s’est tout juste for­mé ce ven­dre­di 20 mai, et voi­là déjà le pre­mier gros caillou dans sa botte : nom­mé ministre des Solidarités, Damien Abad est accu­sé de viols en 2010 et 2011 par deux femmes, comme le révèle Mediapart le len­de­main de sa nomi­na­tion, same­di 21 mai. Une affaire qui ébranle l'exécutif, sur­tout depuis que l’Observatoire des vio­lences sexistes et sexuelles explique avoir adres­sé un signa­le­ment par mail à la direc­tion de La République En Marche et des Républicains, ancien par­ti du Nîmois, lun­di 16 mai, à la suite de la demande d’une des plaignantes. 

Un envoi plu­sieurs jours avant l’annonce de la for­ma­tion du gou­ver­ne­ment qui ne semble pour­tant pas avoir impac­té le choix d'y nom­mer Damien Abad. Mediapart indique jus­te­ment dans son enquête que les cadres des deux par­tis assurent n’avoir « rien reçu » ou ne pas avoir rele­vé leurs boîtes mails, à l’instar de Christophe Castaner, pré­sident du groupe LREM à l’Assemblée natio­nale, Stanislas Guérini, délé­gué géné­ral d’En Marche, ou encore Aurélien Pradié, secré­taire géné­ral de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés