fbpx
IMG 2660 2
Rassemblement organisé par le collectif Nous Toutes. Place du Châtelet, Paris, le 21 juin 2022. A.T.

À Paris, des fémi­nistes votent pour la démis­sion de Damien Abad et Gérald Darmanin du gouvernement

À l’appel du col­lec­tif fémi­niste Nous toutes, une cen­taine de per­sonnes s’est ras­sem­blée ce lun­di soir à Paris, pour pro­tes­ter contre la pré­sence au gou­ver­ne­ment des ministres Damien Abad et Gérald Darmanin, tous deux visés par des accu­sa­tions de vio­lences sexuelles. Par un vote sym­bo­lique, iels demandent leur démission. 

Les militant⸱es fémi­nistes ont joué les pro­lon­ga­tions des élec­tions légis­la­tives. Une cen­taine de per­sonnes se sont ras­sem­blées, ce lun­di soir, place du Châtelet à Paris, pour un vote un peu par­ti­cu­lier. Un vote infor­mel sur fond de colère et de reven­di­ca­tions. Un vote sym­bo­lique sur­tout. À chaque petit bul­le­tin plié en quatre puis glis­sé dans l’urne de for­tune, le même « A voté pour la démis­sion de Damien Abad et de Gérald Darmanin ! » est lan­cé. À la dif­fé­rence des légis­la­tives, ici, les bul­le­tins anno­tés ne valent pas vote nul, bien au contraire. « Vous pou­vez écrire des­sus tout ce que vous vou­lez dire à Élisabeth Borne et Emmanuel Macron », encou­rage la mili­tante Fatima Benomar, au micro.

Comme un pré­sage, le vote sym­bo­lique est inter­ve­nu la veille de la tra­di­tion­nelle « démis­sion de cour­toi­sie », dépo­sée ce mar­di matin, par la Première ministre, Elisabeth Borne. Une démis­sion tou­te­fois refu­sée par le pré­sident pour per­mettre au « gou­ver­ne­ment [de] demeu­rer à la tâche et [d']agir en ces jours » a fait savoir l'Élysée. Dans l'immédiat, aucun rema­nie­ment minis­té­riel n'est à pré­voir, D. Abad et G. Darmanin res­tent donc, pour l'heure, à leur poste. 

IMG 2668
Rassemblement orga­ni­sé par le col­lec­tif Nous Toutes. Place du Châtelet, Paris, le 21 juin 2022. A.T.

Deux nomi­na­tions dénon­cées hier soir par les militant·es présent·es place du Châtelet. Au côté de Fatima Benomar, deux jeunes femmes tiennent fer­me­ment deux car­tons sur les­quels sont ins­crits « Pas de vio­leur à l’Intérieur » et « Pas d’enfoiré aux Solidarités ». Le col­lec­tif fémi­niste Nous Toutes est à l’origine de ce ras­sem­ble­ment orga­ni­sé pour pro­tes­ter contre la pré­sence au gou­ver­ne­ment de Damien Abad et Gérald Darmanin, tous deux accu­sés de vio­lences sexuelles. Le pre­mier, ex-​président du groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée, a été nom­mé ministre des Solidarité en mai der­nier en dépit d’un signa­le­ment pour des faits pré­su­més de viols adres­sé à LREM et LR puis main­te­nu mal­gré des témoi­gnages publiés dans Mediapart.

Le second, visé par une plainte pour viol (le par­quet a requis un non-​lieu en jan­vier 2022) et accu­sé d’avoir pro­fi­té de sa posi­tion domi­nante d’élu à la ville de Tourcoing pour obte­nir des faveurs sexuelles en 2009, s’est vu recon­duit place Beauvau. « Des postes clés de la lutte pour l’égalité hommes-​femmes, dénonce Pauline Baron, membre de Nous Toutes. Darmanin, en tant que pre­mier flic de France, est char­gé de la for­ma­tion des forces de l’ordre sur la ges­tion des vio­lences sexistes et sexuelles. Tandis que Damien Abad, à la tête du minis­tère des Solidarités, dirige les comi­tés dépar­te­men­taux de lutte contre ces violences. » 

Lire aus­si I Colère et ras-​le-​bol : au ras­sem­ble­ment fémi­niste contre le « gou­ver­ne­ment de la honte »

Un ras­sem­ble­ment orga­ni­sé « à la hâte, suite au troi­sième témoi­gnage révé­lé le 14 juin par Mediapart au sujet de Damien Abad et au résul­tat des élec­tions légis­la­tives », pré­cise Fatima Benomar à Causette. Dimanche soir, Damien Abad (Divers droite) et Gérald Darmanin (Ens) ont effec­ti­ve­ment tous deux étaient réélus sans peine dans leur cir­co res­pec­tives de l’Ain (57,86% des voix pour Damien Abad ) et du Nord (57,62% pour Gérald Darmanin ). Une réélec­tion qui leur per­met, comme le veut la tra­di­tion, de se main­te­nir dans le gou­ver­ne­ment d’Elisabeth Borne. « Comme Emmanuel Macron se réfère au fait que ces deux ministres ont été recon­duits par le vote des élec­teurs, on vous invite à venir dépo­ser un bul­le­tin deman­dant à ce qu’ils soient déga­gés du gou­ver­ne­ment », lance Fatima Benomar à la petite foule mas­sée devant elle. Le col­lec­tif pré­voit ensuite d’envoyer ces bul­le­tins à l’Elysée, à l’intention du pré­sident et de la Première ministre Elisabeth Borne.

IMG 2663
Rassemblement orga­ni­sé par le col­lec­tif Nous Toutes. Place du Châtelet, Paris, le 21 juin 2022. A.T.

Laure est l’une des pre­mières à venir glis­ser son bul­le­tin. D’un ton assu­ré, cette secré­taire médi­cale de 34 ans, nous explique être venue ce soir « pour expri­mer sa colère de main­te­nir au plus haut niveau de l’État, des hommes mis en cause dans des affaires de vio­lences sexuelles ». Un main­tien qui a son­né pour la jeune femme « comme un coup de mas­sue » dimanche soir. Même sen­ti­ment chez Camille, 26 ans, qui s’affaire, accrou­pie, à écrire « Dégagez ! » sur son bout de papier. Pour elle, le main­tien à leurs postes minis­té­riels envoie un signal délé­tère aux femmes vic­times de vio­lences sexuelles. « Ça contri­bue à la bana­li­sa­tion de la culture du viol et au ren­for­ce­ment de celle du tabou, dénonce-​t-​elle. Aujourd’hui les vic­times ont beau par­ler, ont beau témoi­gner, les hommes mis en cause res­tent à leur place. »

« Est-​ce qu’un ministre mis en cause pour viols peut digne­ment repré­sen­ter l’intérêt général ? »

 Fiona Texeire, cofon­da­trice de l’Observatoire des vio­lences sexistes et sexuelles en politique.

De leur côté, Damien Abad et Gérald Darmanin ont tou­jours nié les faits qui leur ont été repro­chés. Le pre­mier « réfute caté­go­ri­que­ment » les accu­sa­tions d’agressions sexuelles por­tées aujourd'hui par trois femmes. Le par­quet a d'ailleurs fait savoir qu'il n'ouvrirait pas d'enquête pré­li­mi­naire « en l'état ». Quant au second la plainte pour viol à son encontre dépo­sée en 2017 a d’abord été clas­sée sans suite, puis relan­cée en 2020 avant que le par­quet de Paris ne requière un non-​lieu en jan­vier 2022. 

IMG 2653 2
Rassemblement orga­ni­sé par le col­lec­tif Nous Toutes. Place du Châtelet, Paris, le 21 juin 2022. A.T.

« Est-​ce qu’un ministre mis en cause pour viols peut digne­ment repré­sen­ter l’intérêt géné­ral ? Est-​ce que le main­tien au gou­ver­ne­ment d’hommes mis en cause pour viol est cohé­rent avec l’objectif annon­cé de faire de nou­veau la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles, la grande cause du quin­quen­nat ? », demande au micro Fiona Texeire, cofon­da­trice de l’Observatoire des vio­lences sexistes et sexuelles en poli­tique. Une ques­tion éga­le­ment posée dans une tri­bune publiée ce lun­di après-​midi sur le site du Monde, dans laquelle 188 femmes exigent la démis­sion du ministre des Solidarités. 

Moralité et exemplarité

Fiona Texeire s’interroge éga­le­ment sur la res­pon­sa­bi­li­té de l’État en tant qu’employeur : « Dans n’importe quelle entre­prise, si la direc­tion ne lan­çait pas d’enquête interne, la res­pon­sa­bi­li­té de l’employeur serait enga­gée. » Pour Annie Lahmer, conseillère régio­nale éco­lo­giste d’Ile-de-France, la réponse est sans appel : « Il en va de la mora­li­té et de l’exemplarité de l’État », soutient-​t-​elle à Causette. L’élue a fait par­tie des quatre femmes qui, en 2016, ont dépo­sé plainte contre Denis Baupin, ancien vice-​président EELV de l’Assemblée natio­nale, pour des faits d’agressions sexuelles – il a quit­té la vie poli­tique en 2017 après le clas­se­ment sans suite de l’enquête pour prescription. 

De l’affaire Baupin à celle de Darmanin, Annie Lahmer trouve que « si les choses com­mencent à chan­ger à gauche avec une prise de conscience des par­tis » – elle évoque pour cela la mise à l’écart du can­di­dat LFI Taha Bouhafs« à droite, on en est encore très loin ». « On se rend bien compte que le gou­ver­ne­ment n’a pas envie de faire d’introspection », déplore-​t-​elle auprès de Causette

IMG 2652
Annie Lahmer, conseillère régio­nale éco­lo­giste d’Ile-de-France. Place du Châtelet, Paris, le 21 juin 2022. A.T.

Malgré tout, Annie Lahmer sou­haite faire « confiance » à Elisabeth Borne. Interrogée sur les accu­sa­tions visant Damien Abad le 15 juin lors d’un dépla­ce­ment dans sa cir­co du Calvados, la Première ministre a exhor­té les femmes vic­times à dépo­ser plainte, esti­mant qu'« il faut per­mettre à la jus­tice d’établir les faits ».

Si aucun rema­nie­ment minis­té­riel n'est à l'ordre du jour, la défaite de certain⸱es ministres dans d’autres cir­cons­crip­tions dimanche, devrait nous y conduire « dans les pro­chains jours », a annon­cé la porte-​parole du gou­ver­ne­ment, Olivia Grégoire, ce lun­di. Une fenêtre de tir pour les membres du col­lec­tif Nous Toutes : « Tout n’est pas encore per­du, c’est fon­da­men­tal de ne rien lâcher ni sur Abad, ni sur Darmanin ». Au micro, les mili­tantes l’assurent : « On fera d’autres ras­sem­ble­ments si ça ne bouge pas ». Les résul­tats du vote de ce soir n'ont pas été dévoi­lés, mais, à voir les applau­dis­se­ments et la dizaine de pan­cartes, nul doute quant à son issue. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
commentaires