IMG 6604
Le refuge solidaire de Briançon, son équipe et ses bénéficiaires © Tous migrants

À Briançon, l’accueil des migrants en sur­sis

Dans cette ville des Hautes-​Alpes, près de la fron­tière franco-​italienne, les asso­cia­tions qui prônent la soli­da­ri­té envers les migrants viennent de rem­por­ter une bataille contre le maire. Un répit qui risque d’être de courte durée.

« Notre expul­sion, on s’y atten­dait dès qu’on a vu le résul­tat des élec­tions muni­ci­pales », raconte Philippe Wyon, béné­vole his­to­rique de l’association Refuges Solidaires. Avec l'arrivée du maire Les Républicains Arnaud Murgia à la tête de la ville, Briançon a bas­cu­lé à droite en juin 2020. Parmi les pre­mières déci­sions du nou­vel édile : ne pas recon­duire la conven­tion grâce à laquelle la mai­rie met à dis­po­si­tion le refuge soli­daire, un lieu uti­li­sé par les asso­cia­tions pour la mise à l’abri d’urgence des migrants qui arrivent en tra­ver­sant les mon­tagnes franco-​italiennes. « Mon pré­dé­ces­seur [Gérard Fromm, divers gauche, ndlr] aurait pu recon­duire la conven­tion qui expi­rait en juin. Il ne l’a pas fait. Et pour­tant il sou­te­nait cette poli­tique d’accueil », se défend Arnaud Murgia au télé­phone. Selon Philippe Wyon, Gérard Fromm enten­dait bien recon­duire le bail après sa réélec­tion mais les résul­tats[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
nounours

Migrants : bébés sous les ver­rous

Contrairement à l’administration Trump, l’État fran­çais ne sépare pas les enfants migrants de leurs parents. Mais il les met der­rière les bar­reaux. Le 4 avril, en Gironde, un couple et ses cinq enfants – le plus jeune avait 3 semaines –...