fbpx
Capture d’écran 2023 03 14 à 11.33.13
Hatice et sa petite fille Kumsal née après les tremblements de terre à Diyarbakır en Turquie. © UNFPA Türkiye/Eren Korkmaz

Tremblement de terre en Turquie : « Sans accès aux ser­vices d’accouchement et soins obs­té­triques d’urgence, les femmes enceintes risquent des com­pli­ca­tions poten­tiel­le­ment mortelles »

Plus d’un mois après le double séisme qui a fait plus de 50.000 mort·es en Turquie et en Syrie, l’heure est à la prise en charge des rescapé·es, notam­ment des cen­taines de mil­liers de femmes enceintes qui ne peuvent plus accé­der aux ser­vices de san­té dans les zones sinis­trées. Anna Jefferys, du Fonds des Nations unies pour la popu­la­tion en charge des ques­tions de san­té sexuelle et repro­duc­tive (UNFPA), explique à Causette la situa­tion, sur place.

« L’une des plus grandes catas­trophes natu­relles de notre temps », décla­rait Antonio Guterres, le secré­taire géné­ral des Nations unies trois jours après le trem­ble­ment de terre meur­trier. Le double séisme qui a frap­pé le sud-​est de la Turquie et le nord-​ouest de la Syrie, le 6 février der­nier, a fait plus de 50.000 mort·es, des mil­liers de rescapé·es et autant de déplacé·es qui tentent depuis de sur­mon­ter le drame avec la crainte de nou­velles secousses. Parmi eux·elles, des cen­taines de mil­liers de femmes enceintes sont en pre­mière ligne. Anna Jefferys, du Fonds des Nations unies pour la popu­la­tion en charge des ques­tions de san­té sexuelle et repro­duc­tive (UNFPA), explique à Causette la situa­tion, sur place, de ces femmes qui accou­che­ront pro­chai­ne­ment dans des condi­tions extrê­me­ment difficiles. 

insta offre etudiante

Causette : Combien de femmes enceintes sont tou­chées par les trem­ble­ments de terre en Turquie et en Syrie ?
Anna Jefferys : Parmi les sur­vi­vants des trem­ble­ments de terre qui ont dévas­té la Turquie et la Syrie, on compte envi­ron 356.000 femmes enceintes qui ont un besoin urgent d’accéder à des ser­vices de san­té sexuelle et repro­duc­tive. Elles sont 226.000 en Turquie et 130.000 en Syrie. 
Nous esti­mons d’ailleurs qu’environ 38.800 femmes enceintes en Turquie et en Syrie accou­che­ront durant le mois de mars. Elles accou­che­ront dans des cir­cons­tances extrê­me­ment dif­fi­ciles dû au manque d’infrastructures pour les accueillir. Elles seront aus­si plus expo­sées à des risques accrus de vio­lences sexistes et sexuelles. 

Nombre[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés