fbpx
capture decran 2021 03 02 a 11.27.14
© Capture d'écran France 24

Syrie : l’impasse du rapa­trie­ment des femmes et enfants français·es

Mise à jour, 8 octobre 2021 : L'Allemagne et le Danemark se sont posi­tion­nés en faveur du rapa­trie­ment des femmes et des enfants détenu·es dans le camp de Roj, au nord-​est de la Syrie. Onze femmes et trente-​sept enfants ont ain­si pu quit­ter le camp dans la nuit du mer­cre­di 6 au jeu­di 7 octobre. Alors que le ministre alle­mand des Affaires étran­gères, Heiko Maas, a fait savoir dans un com­mu­ni­qué que « les mères devront répondre de leurs actes devant la jus­tice pénale », en France, un pos­sible retour des femmes et de leurs enfants semble tou­jours au point mort. Dans une tri­bune du Monde publiée le 4 octobre der­nier, 175 par­le­men­taires appellent d'ailleurs à un rapa­trie­ment « immé­diat » des quelque 200 enfants fran­çais et de leurs mères. La Cour euro­péenne des droits de l’homme a, elle, exa­mi­né fin sep­tembre les requêtes de deux couples de Français·es qui réclament le retour de leurs filles et de leurs petits-​enfants, détenu·es par les forces kurdes à Roj.

Pascale Descamps entame, ce 2 mars, son vingt-​neuvième jour de grève de la faim pour deman­der le rapa­trie­ment de sa fille, atteinte d’un can­cer du côlon, ain­si que de ses quatre petits-​enfants, coincé·es dans un camp syrien. Devant le refus de la France de rapa­trier les femmes déte­nues en Syrie, une dizaine de Françaises ont éga­le­ment enta­mé une grève de la faim sur place, le 21 février der­nier. 

« Ça fait un petit moment que je suis malade, mais je vou­lais pas t’en par­ler, je ne savais pas que ce que j’avais. En fait, j’ai une tumeur dans le côlon […] Ici, on me pro­pose de faire une opé­ra­tion chère et très ris­quée, à la Syrienne. Je ne veux pas du tout, on m’a dit que je ris­quais ma vie. » Après des mois sans nou­velles, Pascale Descamps reçoit cet enre­gis­tre­ment audio de sa fille, entre­cou­pée de san­glots, le 17 novembre 2020. Si la jeune femme de 32 ans craint d’être opé­rée dans de mau­vaises condi­tions, c’est qu’elle est déte­nue avec ses quatre enfants de 2 à 11 ans dans l’un des camps où sont déte­nues des familles fran­çaises par­ties faire le dji­had, celui de Roj, au nord-​est de la Syrie, depuis 2019, pour avoir rejoint l’État isla­mique en 2015. Aujourd’hui, la fille de Pascale Descamps demande, par la voix de sa mère, un « rapa­trie­ment sani­taire pour pou­voir [se] faire opé­rer et rame­ner [ses] enfants. » Un sou­hait for­mu­lé éga­le­ment par Pascale Descamps : « La lais­ser se faire opé­rer dans ces condi­tions, ce serait la condam­ner à mort sans juge­ment : les méde­cins l’ont dit, elle a une chance sur deux de mou­rir. Elle perd beau­coup de sang, fait de nom­breux malaises et n’a accès à aucun médi­ca­ment. » 

En novembre der­nier, une fois le choc de l’annonce pas­sé, la mère avait immé­dia­te­ment aler­té le Quai d’Orsay. Mais mal­gré la mul­ti­pli­ca­tion des lettres et des appels, la fille de Pascale Descamps et ses enfants ont enta­mé leur troi­sième hiver sur les terres du Rojava. Devant l’inaction des auto­ri­tés fran­çaises et la dégra­da­tion de l’état de san­té de sa fille, Pascale a alors enta­mé, le 1er février, une grève de la faim. « C’est une conti­nui­té dans les actions que je mène parce que je ne sais plus quoi faire. Et comme ça, ma fille ne souf­fri­ra plus toute seule, on sera deux », confie cette fonc­tion­naire de 55 ans à Causette. Épuisée phy­si­que­ment, mora­le­ment et psy­cho­lo­gi­que­ment, Pascale, qui se nour­rit d’eau sucrée, de tisane, de thé ou de café, songe par­fois à arrê­ter. « C’est très dif­fi­cile, je me sens constam­ment fati­guée, je souffre de migraines, de baisses de ten­sion, d’anémie et de pro­blèmes hépa­tiques. Mais tant que je tien­drai sur mes jambes, je conti­nue­rai. » L’initiative de Pascale a depuis été reprise par une dizaine de femmes fran­çaises rete­nues comme sa fille au camp de Roj. Ces mères – pour la plu­part veuves – ont com­men­cé une grève de la faim dimanche 21 février. La pre­mière depuis le début de leur déten­tion, dans le but d’interpeller le gou­ver­ne­ment fran­çais sur leur sort, mais sur­tout, sur celui de leurs enfants, qui gran­dissent au milieu des tentes de for­tune. Une situa­tion insou­te­nable pour les avocat·es Ludovic Rivière et Marie Dosé, membres d’Avocats sans fron­tières (ASF), qui repré­sentent plu­sieurs d’entre elles. Dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé le 21 février, il et elle dénoncent par ailleurs « une déten­tion arbi­traire qui se décline à l’infini et sans but ». Au moment où nous écri­vons ces lignes, ni les avocat·es ni les Françaises n’ont reçu, à ce jour, de réponse du gou­ver­ne­ment. 

« Mes quatre petits-​enfants tombent malades les uns après les autres : diar­rhées à répé­ti­tion à cause de l’eau crou­pie, mycoses, cys­tites, œdèmes. Il n’y a pas d’hygiène, pas de couches pour les petits. Pas de médi­ca­ments non plus »

Pascale Descamps
Des condi­tions de vie alar­mantes 

Les quelques images qui nous par­viennent témoignent toutes des condi­tions de vie déplo­rables à l’intérieur de ces véri­tables pri­sons à ciel ouvert, entou­rées de bar­be­lés. Dans le camp de Roj, des cen­taines de tentes – four­nies par des ONG – s’étendent sur les plaines ven­teuses du Kurdistan syrien où s’entassent 2 000 femmes et enfants, dont envi­ron 80 Françaises et leurs 250 enfants, selon une esti­ma­tion d’ASF. L’hiver, le froid, la pluie et le vent s’invitent sous les toiles, tan­dis que l’été l’air y est irres­pi­rable. Et toute l’année, ce sont la faim et les mala­dies qui affai­blissent les orga­nismes déjà dimi­nués par cinq années de guerre. « Ma fille m’a dit que tous les enfants ont déve­lop­pé des mala­dies res­pi­ra­toires chro­niques en rai­son de la proxi­mi­té des puits de pétrole, déplore Pascale Descamps. Mes quatre petits-​enfants tombent malades les uns après les autres : diar­rhées à répé­ti­tion à cause de l’eau crou­pie, mycoses, cys­tites, œdèmes. Il n’y a pas d’hygiène, pas de couches pour les petits. Pas de médi­ca­ments non plus, ou alors, quand il y en a, ils ne sont pas adap­tés : mon petit-​fils a eu 40 °C de fièvre et on l’a soi­gné avec des anti­bio­tiques pour des pro­blèmes gyné­co­lo­giques. » Les femmes et les enfants sur­vivent grâce aux colis d’aide ali­men­taire dis­tri­bués par les auto­ri­tés kurdes, un kilo de riz et un kilo de len­tilles par famille pour un mois. Si, juri­di­que­ment, le camp n’est pas une pri­son, les femmes et les enfants ont inter­dic­tion d’en sor­tir et d’y rece­voir leur avo­cat ou leur famille. Interdiction éga­le­ment de pos­sé­der un télé­phone por­table. Le seul moyen de com­mu­ni­ca­tion reste l’unique télé­phone d’une res­pon­sable du camp qu’elles peuvent uti­li­ser une fois par semaine pour envoyer un audio ou un SMS. C’est désor­mais le seul moyen pour Pascale Descamps d’entretenir un lien avec sa fille. « Je n’ai jamais pu l’avoir au télé­phone depuis bien­tôt deux ans qu’elle est à Roj, mais au moins, j’ai des nou­velles, car sinon, je m’imagine des hor­reurs. » Et au-​delà des condi­tions de vie déplo­rables, les trau­ma­tismes de ces années de guerre et d’enfermement se creusent de plus en plus. « C’est un cli­mat anxio­gène, mes petits-​enfants ont peur, ils font constam­ment des cau­che­mars », déplore Pascale Descamps. 

La fille unique de Pascale est par­tie en Syrie cou­rant 2015, peu de temps après sa conver­sion à l’islam radi­cal. Elle rejoint l’État isla­mique avec son com­pa­gnon et leurs trois enfants, dont le plus jeune a 7 mois, sans don­ner d’explication à sa mère. « Ils étaient en vacances chez moi, dans le Nord, une semaine avant leur départ, se sou­vient Pascale. Je pen­sais les revoir. Aujourd’hui, je ne com­prends tou­jours pas. » Le com­pa­gnon de la jeune femme meurt au com­bat en 2017. Elle se retrouve alors dans une mada­fa (mai­son de femmes sous Daech, dans les­quelles étaient enfer­mées les femmes en attente d’un époux, les veuves ou les divor­cées) avant d’être rema­riée, puis d’accoucher de son qua­trième enfant sous les bombes, en 2018. Arrêtée par les Kurdes en 2019, la fille de Pascale sur­vit désor­mais dans le camp de Roj, comme tant d’autres Françaises depuis la chute de l’État isla­mique. Une grande majo­ri­té d’entre elles affirment aujourd’hui avoir rom­pu avec l’idéologie dji­ha­diste et n’avoir com­mis aucune exac­tion sur place. « C’est très dif­fi­cile de savoir qui dit la véri­té, qui fait sem­blant ou non, sou­ligne Géraldine Casutt, spé­cia­liste du dji­ha­disme fémi­nin et cher­cheuse au Centre Islam et socié­té de l’université de Fribourg (Suisse). Une chose est cer­taine : les femmes sont par­ties en Syrie pour les mêmes rai­sons que les hommes, elles étaient d’ailleurs tota­le­ment empreintes de l’idéologie au même titre qu’eux. Mais n’étant pas auto­ri­sées à com­battre, elles ont sur­tout eu un rôle pas­sif d’épouse et de mère au sein de l’État isla­mique. Aujourd’hui, dans les camps, il y a évi­dem­ment des femmes tou­jours convain­cues par l’idéologie, mais aus­si des femmes qui ne pou­vaient pas s’échapper et pour qui la chute du cali­fat fut un véri­table sou­la­ge­ment. » 

Repenties ou pas, toutes sont sous le coup d’un man­dat d’arrêt inter­na­tio­nal émis par la France pour avoir déli­bé­ré­ment choi­si de rejoindre les rangs de Daech, dès 2012 pour les pion­nières. Une inco­hé­rence pour Maître Emmanuel Daoud, avo­cat de trois familles dont Pascale Descamps depuis deux ans. « Un man­dat d’arrêt inter­na­tio­nal sert à trou­ver une per­sonne, l’arrêter et la juger. C’est stu­pé­fiant que la jus­tice fran­çaise ne cherche pas à faire appli­quer un man­dat d’arrêt qu’elle a déli­vré. » Pour asso­cia­tion de mal­fai­teurs en rela­tion avec une entre­prise ter­ro­riste, elles encourent jusqu’à trente ans de réclu­sion cri­mi­nelle et 450 000 euros d’amende. « Je ne sais pas ce qu’on leur reproche, je n’ai pas accès au dos­sier tant qu’elles ne sont pas mises en exa­men, mais elles n’ont pas toutes la même tra­jec­toire, affirme Me Emmanuel Daoud. Elles ne s’attendent pas à ren­trer et retrou­ver leur vie d’avant. Toutes veulent s’expliquer sur les rai­sons de leur départ. Elles ne veulent pas fuir leur res­pon­sa­bi­li­té, loin de là. » 

La stra­té­gie du cas par cas 

Familles et avo­cats peinent donc à com­prendre la stra­té­gie du gou­ver­ne­ment fran­çais. Après la chute de Baghouz, le der­nier bas­tion de l’État isla­mique, puis le retrait des troupes amé­ri­caines du nord-​est de la Syrie en 2019, l’État fran­çais avait pour­tant pré­pa­ré un plan mas­sif de rapa­trie­ments de l’ensemble des Français·es, y com­pris les hommes empri­son­nés. « La situa­tion nou­velle, qui est liée notam­ment au retrait des forces amé­ri­caines [de la région], a bou­le­ver­sé la donne et, évi­dem­ment, nous nous pré­pa­rons à un éven­tuel retour des Français qui sont actuel­le­ment au nord de la Syrie. », décla­rait, en jan­vier 2019, la ministre de la Justice de l’époque, Nicole Belloubet. « Les struc­tures pour accueillir les enfants existent déjà, sou­tient Maître Emmanuel Daoud à Causette. Un accom­pa­gne­ment spé­ci­fique a été conçu avec des pédo­psy­chiatres, des psy­cho­logues et des familles d’accueil for­mées pour ces trau­ma­tismes. » Quant aux parents, ils sont sys­té­ma­ti­que­ment enten­dus par la jus­tice et pla­cés en déten­tion pro­vi­soire, selon la gra­vi­té de ce qui leur est repro­ché. 

« Le gou­ver­ne­ment fran­çais a recu­lé pour des rai­sons poli­tiques. Ils ne veulent pas se mettre à dos une par­tie de l’opinion à quelques mois de la cam­pagne pré­si­den­tielle » 

Maître Emmanuel Daoud

Le gou­ver­ne­ment avait donc tout pré­vu pour gérer le retour des parents comme des enfants, avant de faire volte-​face quelques semaines plus tard, peu après la publi­ca­tion d’un son­dage mon­trant l’hostilité de l’opinion envers cette mesure. Ce son­dage Odoxa pour France info et Le Figaro, publié en février 2019, révé­lait en effet que 67 % des Français·es sou­hai­taient que les enfants de dji­ha­distes français·es res­tent en Syrie et que 82 % approu­vaient la déci­sion d’Emmanuel Macron de lais­ser l’Irak juger les femmes et les hommes parti·es faire le dji­had. Car, en ce qui concerne les adultes, la France a un temps sou­hai­té sous-​traiter la jus­tice fran­çaise à la jus­tice ira­kienne. En visite à Bagdad en octobre 2019, le ministre des Affaires étran­gères, Jean-​Yves Le Drian, avait d’ailleurs dis­cu­té avec le gou­ver­ne­ment ira­kien de « la manière de mettre en œuvre un méca­nisme juri­dic­tion­nel adap­té » pour les juger « dans les meilleures condi­tions ». Une option qui revien­drait à réta­blir la peine de mort pour nos ressortissant·es, puisque la loi ira­kienne pré­voit que l’appartenance à une orga­ni­sa­tion ter­ro­riste est punie de pen­dai­son. Devant l’impasse, l’Irak avait fina­le­ment refu­sé toute sous-​traitance. Quant à l’administration kurde, qui gère les camps où sont détenu·es les femmes et les hommes présumé·es membres de Daech, elle n’est pas recon­nue inter­na­tio­na­le­ment et ne peut donc pas les juger. « Le gou­ver­ne­ment fran­çais a recu­lé pour des rai­sons poli­tiques, estime Maître Daoud. Ils ne veulent pas se mettre à dos une par­tie de l’opinion à quelques mois de la cam­pagne pré­si­den­tielle. » 

Depuis, c’est le blo­cage. Le dis­cours est intran­si­geant du côté du minis­tère des Affaires étran­gères. Contacté par Causette, le Quai d’Orsay déclare effec­ti­ve­ment que « ces hommes et ces femmes ont pris la déci­sion de rejoindre Daech et doivent donc être pour­sui­vis au plus près du lieu où ils ont com­mis leurs crimes », sans pré­ci­ser pour autant le lieu et la nature de ces pour­suites. Concernant les enfants des dji­ha­distes français·es, le retour est pos­sible, mais selon la doc­trine du cas par cas. « À la dif­fé­rence de leurs parents, les enfants n’ont pas choi­si de rejoindre l’Irak et la Syrie. Ils n’ont pas choi­si de rejoindre une orga­ni­sa­tion ter­ro­riste. Et c’est la rai­son pour laquelle le gou­ver­ne­ment a consi­dé­ré que les mineurs devaient être rapa­triés chaque fois que les condi­tions le per­met­taient », affirme une source diplo­ma­tique. Dans les faits, les rapa­trie­ments sont spo­ra­diques : depuis 2019, seuls trente-​cinq enfants, la plu­part orphe­lins ou très malades, ont été rapa­triés de Syrie. Les sept der­niers l’ont été en jan­vier 2021. Les mères doivent se sépa­rer de leurs enfants dans la pré­ci­pi­ta­tion, sans espoir d’avoir des nou­velles ensuite ou de les rejoindre plus tard. « Ma fille me raconte les scènes de sépa­ra­tion entre les mères et les enfants : ils s’accrochent à leurs mères, c’est insou­te­nable », décrit Pascale Descamps. Dans ce contexte instable se pose alors la ques­tion du main­tien des liens pour les rares Françaises qui ont accep­té de lais­ser par­tir leurs enfants. « Cela fait des années qu’ils sont col­lés à leur mère, inter­rompre le lien d’un coup est néfaste pour leur propre recons­truc­tion », sou­tient Maître Emmanuel Daoud. 

L’urgence de la ques­tion sécu­ri­taire 

À la ques­tion de la menace que repré­sentent ces enfants, par­ler de « bombe à retar­de­ment » est, pour l’avocat, « un fan­tasme de bas étage ». « Les deux tiers sont nés dans le camp ou y sont arri­vés très jeunes. Pour beau­coup, le camp est leur seul sou­ve­nir de la Syrie, explique-​t-​il. Ces enfants n’ont d’ailleurs rien deman­dé, sur­tout pas même de naître en Syrie. Aujourd’hui, on est en train de les punir pour le choix de leurs parents. » Pour Géraldine Casutt, de l’université de Fribourg, « rien n’est figé pour les enfants, ils ont une faci­li­té d’adaptation remar­quable et l’environnement compte beau­coup, c’est pour­quoi il faut les faire reve­nir ». Une posi­tion par­ta­gée par de nom­breuses orga­ni­sa­tions, dont le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, mais aus­si par le dépu­té UDI Pierre Morel-À‑L’Huissier et par le séna­teur com­mu­niste Pierre Laurent, qui ont adres­sé une lettre à leurs col­lègues par­le­men­taires, le 17 février der­nier, pour deman­der le rapa­trie­ment des enfants.

Sur place, les auto­ri­tés kurdes syriennes du Rojava exhortent la France à rapa­trier femmes et enfants depuis des années. « La prio­ri­té des Kurdes n’est plus de gar­der nos res­sor­tis­sants, mais de sécu­ri­ser la région », affirme Maître Emmanuel Daoud. Car l’heure n’est effec­ti­ve­ment plus aux impé­ra­tifs huma­ni­taires. La situa­tion sécu­ri­taire dans la région se dégrade de mois en mois et les auto­ri­tés kurdes ne sont plus en mesure de sur­veiller les ressortissant·es étrangèr·es. « Le cali­fat est tom­bé phy­si­que­ment en 2019, mais l’État isla­mique existe tou­jours au tra­vers de mul­tiples cel­lules dor­mantes, notam­ment dans la pro­vince d’Idlib, au nord-​ouest de la Syrie », sou­ligne Géraldine Casutt. Une menace idéo­lo­gique jusque dans l’enceinte même des camps, où des luttes de pou­voir se des­sinent. Dans le camp d’al-Hol, dans le nord-​est syrien, vingt per­sonnes, dont au moins cinq femmes, ont été assas­si­nées cou­rant jan­vier. « Certaines femmes sont mises sous pres­sion par d’autres qui ne sont jamais sor­ties de l’idéologie, assure Géraldine Casutt. Ces camps servent aus­si les dis­cours des dji­ha­distes actuels : “Regardez dans quel état sont vos femmes et vos enfants, tout ça à cause des pou­voirs occi­den­taux qui les ont aban­don­nés. Ils ne viennent pas vous cher­cher, c’est bien la preuve que vous n’êtes pas inté­grés dans la socié­té occi­den­tale.” Tout ça vient nour­rir la résur­gence de l’État isla­mique. » Un avis émis jusque dans la lutte anti­ter­ro­riste. David De Pas, coor­di­na­teur du pôle anti­ter­ro­riste du tri­bu­nal de Paris, esti­mait ain­si en octobre 2019, lors d’un entre­tien à l’AFP, qu’il est dan­ge­reux pour la sécu­ri­té de la France de lais­ser ces femmes sur place. « Si ces femmes s’évadent du camp, c’est là qu’est le dan­ger », assure Ludovic Rivière, avo­cat d’ASF. Des fuites fré­quentes, à l’image d’Hayat Boumeddiene, fin 2019. Selon l’audition d’une reve­nante en mars 2020, la veuve d’Amedy Coulibaly, auteur de la tue­rie de l’Hyper Cacher en jan­vier 2015, se serait en effet échap­pée du camp d’al-Hol grâce à un sou­tien exté­rieur. Elle vivrait désor­mais dans la pro­vince d’Idlib, zone sous contrôle de divers groupes rebelles et dji­ha­distes. Comme Hayat Boumeddiene, une dizaine d’autres Françaises se seraient elles aus­si éva­dées des camps depuis 2019. 


Avocats sans fron­tière pré­pare une mis­sion d’observation des camps

Missionnés par l’organisation inter­na­tio­nale Avocats sans fron­tières (ASF), les avocat·es Maîtres Ludovic Rivière et Maître Marie Dosé s’étaient rendu·es sur place en décembre 2020 afin de consta­ter les condi­tions de vie dans le camp de Roj. « On n’a pas pu ren­trer en Syrie, car la situa­tion mili­taire est trop instable, regrette Ludovic Rivière. Mais on pré­pare actuel­le­ment la deuxième mis­sion. » Une délé­ga­tion par­le­men­taire fran­çaise devrait elle aus­si prendre part au voyage. L’avocat ne peut rien dire sur cette deuxième délé­ga­tion, mais une chose est sûre, cette fois, « [ils] ren­tre­ront dans les camps ».

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés