HS11 Samantha Cristoforetti 1
Samantha Cristoforetti s’entraîne à vivre en apesanteur dans une piscine spéciale de la Nasa, à Houston (Texas), en 2012. © NASA/ESA

Samantha Cristoforetti, objec­tif lune

L’astronaute, pre­mière Italienne à avoir voya­gé dans l’espace et seule Européenne actuel­le­ment en acti­vi­té, par­ti­cipe à l’un des pro­jets les plus fous de la Nasa : la future sta­tion inter­na­tio­nale en orbite autour de la Lune. Cette aven­tu­rière nous raconte son des­tin excep­tion­nel.

« Astronaute, je le suis vrai­ment deve­nue à 37 ans, à la seconde où la navette Soyouz s’est déta­chée de notre fusée. D’un coup, après plus de huit minutes d’explosions et de vacarme, c’était le silence abso­lu. J’ai regar­dé mes deux mains sus­pen­dues sous mes yeux : elles sem­blaient déta­chées de mon corps. Pour les rame­ner contre moi, je devais for­cer. J’étais fas­ci­née. Cet effort pour ne pas lais­ser mes membres s’envoler défiait à lui tout seul plu­sieurs cen­taines de mil­lions d’années de mémoire cor­po­relle. Anton, mon coéqui­pier, a dû m’inter­peller pour me rame­ner à la réa­li­té et pour que je me remette au tra­vail. » Nous sommes au Centre euro­péen des astro­nautes, à Cologne, en Allemagne, sur la ­pla­nète Terre. Mais le récit de Samantha Cristoforetti nous pro­pulse bien loin d’ici, à quelque 400 kilo­mètres ­au-​dessus du sol, le jour où elle a rejoint la Station spa­tiale inter­na­tio­nale grâce au vais­seau Soyouz, le 23 novembre 2014. D’ici quelques années, elle sera peut-​être la pre­mière femme à mar­cher sur la Lune. Fantasme ? Peut-​être bien. Mais est-​il inter­dit de rêver ? Certainement pas pour elle.

Ingénieure, pilote de chasse et astro­naute, pieds sur Terre, tête dans les étoiles, cette Italienne de 42 ans a plu­sieurs pas­sions dans la vie. Parmi elles : rêver, voler et racon­ter. En 2020 sera publiée la ver­sion anglaise de son livre, Diario di un’apprendista astro­nau­ta (« Journal d’une appren­tie astro­naute », non tra­duit en fran­çais), dans lequel elle revient en détail sur son par­cours et sa for­ma­tion, et raconte son pre­mier voyage dans l’espace, la mis­sion Futura, de novembre 2014 à juin 2015. Une séjour de 199 jours, 16 heures et 42 minutes dans la Station spa­tiale inter­na­tio­nale, qui lui a per­mis de décro­cher le record de la plus longue mis­sion dans l’espace pour un astro­naute euro­péen et pour une femme. « Dans mon récit, explique-​t-​elle, le voyage spa­tial n’arrive qu’à la fin. C’est le “bon­bon” du livre. Après avoir racon­té les aspects plus tech­niques de mon métier, j’offre au lec­teur, comme à moi-​même, le plai­sir du décol­lage. » Pari rele­vé. Son jour­nal est hale­tant et retrace chaque seconde de son odys­sée en orbite autour de la Terre. « À quoi cela sert de vivre cela si ce n’est pour le racon­ter ? »

Fan de Jules Verne et Star Trek

Titulaire d’un CV long comme une fusée – licence scien­ti­fique en Italie et aux États-​Unis, génie méca­nique en Allemagne, École natio­nale supé­rieure de l’aéronautique à Toulouse –, cette poly­glotte qui parle un fran­çais qua­si par­fait insiste sur l’importance de sa for­ma­tion intel­lec­tuelle, de l’enseignement aux « huma­ni­tés ». « En Italie, comme en France, l’éducation est huma­niste, dit-​elle. Même quand on étu­die les maths et la phy­sique comme moi, une part impor­tante de l’emploi du temps est consa­crée au latin, à l’histoire, à la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
hs9 clarenore stinnes 2 l capture ecran youtube

Clärenore Stinnes, pilote à fond la caisse

À 24 ans, elle inflige une dégelée à ses adversaires masculins lors d’un rallye international. Puis, cumulant les victoires, Clärenore Stinnes se lance, deux ans plus tard, dans un tour du monde en voiture. Le premier du genre.

110 white noise 1 niklas grapatin

Nocives nuées

Lors de ses promenades nocturnes à Dacca, capitale surpeuplée du Bangladesh, Niklas Grapatin a voulu mettre en lumière l’immense pollution atmosphérique qui étouffe la ville.