fbpx
representatives omar pressley ocasio cortez and tlaib in response to presidentis comments
The Squad (« la brigade »), composée de quatre élues démocrates issues des minorités, en conférence de presse au Capitole, à Washington, le 15 juillet 2019. De gauche à droite : Ilhan Omar, Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib et Ayanna Pressley © Brendan Smialowski AFP

Élections amé­ri­caines : the futur is female

Le 3 novembre, le monde entier aura les yeux rivés sur l’élection pré­si­den­tielle amé­ri­caine qui dépar­ta­ge­ra deux vieux mâles blancs. Mais, depuis les élec­tions de mi-​mandat de 2018, c’est essen­tiel­le­ment avec des jeunes femmes raci­sées, que la révo­lu­tion se pré­pare. De élues pro­gres­sistes secouent le pay­sage poli­tique. Leurs objec­tifs : déga­ger Trump et chan­ger le Parti démo­crate. 

Cori Bush – rien à voir avec George père et fils – n’a pas lou­pé son mois d’août. Cette ancienne infir­mière, pas­teure et acti­viste au sein du mou­ve­ment Black Lives Matter a, coup sur coup, gué­ri du Covid et rem­por­té une pri­maire face au baron local en poste depuis vingt ans. Pas mal ! La pre­mière cir­cons­crip­tion du Missouri, où elle a concou­ru, vote démo­crate depuis tou­jours. Sa qua­li­fi­ca­tion face au sor­tant William Lacy Clay lui assure qua­si­ment une vic­toire lors des pro­chaines légis­la­tives, pré­vues le 3 novembre en même temps que la pré­si­den­tielle et des­ti­nées à renou­ve­ler toute la Chambre des repré­sen­tants et un tiers du Sénat. Dans quelques semaines, elle devrait faire ses pre­miers pas au Congrès et être la pre­mière femme noire à sié­ger pour son État. Après avoir mené cam­pagne sur le ter­rain et, Covid oblige, par­fois depuis son lit, Cori Bush brûle désor­mais de s’atteler à sa future tâche. « Je n’allais pas lais­ser cette mala­die m’arrêter dans mon com­bat, a‑t-​elle racon­té dans une inter­view sur la chaîne ABC, le 21 août. J’avais peut-​être tem­po­rai­re­ment per­du mon souffle, mais la plu­part des citoyen·nes de ce pays s’étoufferont pour de bon si on ne fait rien. » 

Lire aus­si : États-​Unis : cinq élues bou­le­versent le pay­sage poli­tique

L’Amérique est à cran, déchi­rée par de très fortes ten­sions raciales, et les élec­tions à venir s’annoncent déci­sives. Le 3 novembre, le monde entier aura les yeux rivés sur le duel pré­si­den­tiel entre Donald Trump et Joe Biden, deux hommes blancs de 74 ans et 77 ans… Même si l’un des deux can­di­dats est net­te­ment moins flip­pant que l’autre, l’affiche n’a rien de bien[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
LH BIKERNI 032019   050

Inde : l'échappée belle des Bikerni

Chaque week-end, les membres du premier club indien de motocyclisme féminin sillonnent, sur des deux-roues mythiques, les routes du pays. Ces motardes revendiquent leur droit à l’aventure et à l’autonomie. Un défi dans une société patriarcale.