fbpx

Mary Kingsley, une lady dans la jungle

Voici l’histoire d’une femme, pur pro­duit de l’Angleterre vic­to­rienne du XIXe siècle, qui a fait rêver les foules avec ses récits. Mary Kingsley était une drôle de British qui, par amour pour l’Afrique, remon­ta un fleuve tumul­tueux en pirogue et dor­mit chez des anthro­po­phages. Une aven­tu­rière à la fois anti­fé­mi­niste et pro­gres­siste. 

mary kingsley 1862 1900 english writer nurse and explorer
© Alamy

C’est dans la brume du nord de Londres que la future pion­nière voit le jour, en 1862. Le père, méde­cin grand voya­geur, avait pré­fé­ré au scan­dale de la nais­sance d’un enfant illé­gi­time la mésal­liance, en épou­sant sa cui­si­nière. Mary Henrietta Kingsley naît quatre jours après les noces, un pied dans des pan­toufles petites-​bourgeoises, l’autre dans les savates des arrière-​cuisines. 

Chez les Kingsley, comme dans nombre de foyers de l’époque, les hommes sont les savants, les femmes les ser­vantes ou, au mieux, des secré­taires. Les seules leçons – d’alle­mand – que l’on consent à offrir à Mary visent à faire d’elle la par­faite assis­tante de dad­dy. Ses cor­vées ache­vées, elle furète secrè­te­ment dans la biblio­thèque de son père, absent dix mois sur douze. En plus des car­nets de voyage pater­nels (en Afrique, dans le Pacifique ou les Amériques), elle y dévore des his­toires de pirates, des ouvrages de bio­lo­gie, d’astronomie et y apprend même le latin. 

En 1892, Mary Kingsley, alors âgée de 30 ans, se retrouve orphe­line. La vieille fille, sans attaches ni but dans la vie, toute menue dans sa robe de deuil, part alors en Afrique, conti­nent jugé inhos­pi­ta­lier par ses conci­toyens, bour­ré de « sau­vages can­ni­bales », « pour y mou­rir »

Robe longue et… cor­set 

Contre toute attente, Mary s’y plaît. « L’Afrique me trai­ta avec dou­ceur et me pas­sion­na au lieu de me tuer tout de suite. » Avec le tem­pé­ra­ment d’une Dian Fossey 1, Mary Kingsley laisse de côté les pré­ju­gés de son temps et part com­plé­ter les car­nets de voyage de son[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 la foirfouille nushu capture ecran carts.net

Chine : le lan­gage secret des femmes

Dans le district chinois de Jiangyong, un système d’écriture uniquement utilisé par les femmes a longtemps existé. Déclarations d’amitié, conseils, les mots de l’intime s’échangeaient entre amies et proches.