fbpx

Maria Spiridonova, l’icône terroriste

Égérie de la Révolution d’octobre 1917, elle a passé une grande partie de sa vie entre l’exil et les travaux forcés en Sibérie. Dotée d’une force de caractère et d’un charisme sans égal, Maria Spiridonova a défendu ses convictions jusqu’à devenir l’ennemie à abattre. 

wiki marijaspiridonova
Portrait vers 1910. © Wikipédia

« Je n’ai jamais rencontré une femme qui soit son égale dans aucun pays », écrivait la journaliste américaine Louise Bryant, en 1917, dans son reportage consacré à la révolution bolchevique, Six mois rouges en Russie. Adulée, Maria Spiridonova voguait en effet au sommet de la popularité, après onze ans d’exil forcé en Sibérie. Le motif de sa célébrité ? L’attentat contre un chef de la sécurité qu’elle a commis quelques années plus tôt lui a valu d’être persécutée par la police tsariste, la propulsant du statut de terroriste à celui de « sainte » dans cette Russie prérévolutionnaire.

Son esprit de révolte, elle se l’est forgé dès le plus jeune âge. Née à Tambov en 1884, à 450 km au sud-​est de Moscou, dans une famille de hauts fonctionnaires, la jeune Maria a rapidement montré une capacité à se révolter contre les injustices. En terminale, elle est aux côtés des séminaristes de Tambov qui protestent contre leurs conditions de vie. À 21 ans, elle est arrêtée dans une manifestation étudiante et envoyée trois semaines en prison. Le contexte parle pour elle : la Russie du début du XXe siècle connaît[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
sfa022806409

Lai Choi San, la flibustière de Macao

Au début du XXe siècle, les côtes du sud de la Chine sont infestées de pirates. Parmi eux, une femme : Lai Choi San. À 40 ans, elle est à la tête d’une flotte de douze navires qui rackettent et rançonnent tout ce qui passe au large de Macao.