fbpx
LH Love Hotel 13032019 012
Anindya et Kartik, 25 et 24 ans, ont recours à StayUncle pour louer une chambre dans un love hotel. © Laurent Hazgui/Divergence pour Causette

Inde : des love hotels pour les couples non mariés

Un concept sul­fu­reux tant les rela­tions amou­reuses hors mariage demeurent taboues dans le pays. Au-​delà d’en faire un busi­ness, son équipe espère décoin­cer une socié­té conser­va­trice où l’éducation sexuelle fait cruel­le­ment défaut. 

Enclave arty bran­chée de Delhi, le quar­tier d’Hauz Khas est l’un des rares de la capi­tale indienne où les couples osent flir­ter au grand jour. En balade dans les allées de son parc, Anindya et Kartik, 25 et 24 ans, incarnent à mer­veille une mino­ri­té urbaine, aisée et culti­vée, qui semble libre de s’affranchir des conve­nances dans une socié­té pour­tant conser­va­trice à l’extrême. En ves­ton gris, jean et bot­tines, la pre­mière est jour­na­liste, se pré­sente comme bisexuelle et sans cesse dési­reuse d’« explo­rer [sa] sexua­li­té ». Son « boy­friend » depuis huit ans, Kartik, se pré­pare à deve­nir juge. « On n’est pas prêts pour le mariage », proclament-​ils en chœur. L’alibi des études longues devrait leur offrir encore trois ans de répit avant que leurs familles « ne [leur] mettent la pres­sion ». Leurs parents sont au cou­rant de leur liai­son et ne s’y opposent pas, même si Anindya et Kartik seront les pre­miers de leur lignée à ne pas convo­ler par un mariage arran­gé. « On n’a pas fait pour autant de pré­sen­ta­tion offi­cielle, pré­vient Anindya. Ici, ça ne se fait pas. » Pas plus qu’inviter son copain ou sa copine au domi­cile fami­lial pour jouir d’un peu de tran­quilli­té. Quand les parcs, les ciné­mas et les centres com­mer­ciaux ne suf­fisent plus à pro­cu­rer l’intimité escomp­tée, res­tent les hôtels. Anindya et Kartik s’y sont essayés, mais l’expérience a tour­né court. « Dans un hôtel miteux, on nous a obli­gés à prendre deux chambres », se sou­vient le couple. Une autre fois, les amou­reux s’entendent dire : « Une seule chambre, pour­quoi faire ? On va appe­ler les flics. Ici, on n’autorise pas les acti­vi­tés de ce type… »

Des pra­tiques humiliantes

Pour s’épargner ces humi­lia­tions, le couple a fini par sol­li­ci­ter les ser­vices d’une start-​up de Delhi. StayUncle s’est lan­cé en 2014 sur le mar­ché des hôtels loués à l’heure pour une clien­tèle de voya­geurs d’affaires en tran­sit. Mais bien vite, des clients impré­vus ont frap­pé à la porte : des couples non mariés en quête d’une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 la foirfouille nushu capture ecran carts.net

Chine : le lan­gage secret des femmes

Dans le district chinois de Jiangyong, un système d’écriture uniquement utilisé par les femmes a longtemps existé. Déclarations d’amitié, conseils, les mots de l’intime s’échangeaient entre amies et proches.

wiki female pirate anne bonny

Anne Bonny, pirate des Caraibes

Accusées de porter la poisse, les femmes n’étaient pas les bienvenues à bord des navires pirates. Mais Anne Bonny se travestit pour embarquer et sera l’une des flibustières les plus célèbres du XVIIIe siècle.

HS11 Samantha Cristoforetti 1

Samantha Cristoforetti, objec­tif lune

L’astronaute, première Italienne à avoir voyagé dans l’espace et seule Européenne actuellement en activité, participe à l’un des projets les plus fous de la Nasa : la future station internationale en orbite autour de la Lune.