Hatshepsout, Madame le pharaon

Rares sont les femmes à exercer un pouvoir politique au début de l’Histoire de l’humanité. Hatshepsout, qui régna sur l’Égypte au XVe siècle avant notre ère, n’est pas la première reine connue*, mais la première à avoir laissé de nombreux témoignages de son influence.

tete d une statue se trouvant au temple d hatchepsout deir el bahari egypte
Tête d’Hatshepsout sur le site de Deir el-​Bahari, près de Thèbes.
© Wikipédia

Il est difficile de relater avec précision la vie d’Hatshepsout, car seules des bribes de sa carrière sont connues. De plus, tous les documents retrouvés, statues et inscriptions, ont été réalisés à sa demande et à sa gloire. Disons qu’on ne sait d’elle que ce qu’elle a bien voulu nous dire, à travers sa propagande. Voici donc ce que nous racontent ces sources. 

Hatshepsout est la fille chérie du pharaon Thoutmosis Ier, dont on situe le règne aux alentours de –1504 à –1492 avant notre ère. Le souverain, qui n’a pas de fils légitime, la désigne comme son héritière avant sa mort. Elle pourra régner… mais avec celui qui sera son époux. Quand son père disparaît, l’adolescente âgée de 15 ou 16 ans monte donc sur le trône. Sa titulature, l’ensemble des noms par lesquels un ­pharaon est désigné, la définit comme la « Fille du Soleil », la « Souveraine des Deux Terres » (suivant l’expression désignant l’Égypte comme un royaume double), ou encore l’« Aimée du dieu », c’est-à-dire Amon, protecteur de la dynastie pharaonique. Comme elle doit avoir un roi à ses côtés, Hatshepsout épouse son demi-​frère, Thoutmosis II, fils illégitime que son père a eu d’une concubine. 

Mais les deux membres du couple n’affichent pas du tout le même tempérament. Hatshepsout, qui incarne la légitimité dynastique, va profiter de son statut et surtout de la faiblesse de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés