fbpx
05112019 couleurbraceletéperles 11
Hajar Raissouni sur une plage à Rabat, près de son oncle, après sa libération. © Yasmine Hatimi pour Causette

Hajar Raissouni : la liber­té sans condition

Son arres­ta­tion a fait le tour du monde. La jour­na­liste maro­caine, incar­cé­rée au terme d’un pro­cès sur­réa­liste pour un avor­te­ment qu’elle nie avoir réa­li­sé, a été libé­rée le 16 octobre. Pour Causette, elle revient sur ses condi­tions de déten­tion et sur son désir de s’engager davan­tage sur la ques­tion des droits des femmes dans son pays. 

Hajar Raissouni a du mal à trou­ver le som­meil. La nuit, ses cau­che­mars la réveillent. Elle revoit les poli­ciers qui l’ont inter­pel­lée et la porte de sa cel­lule, fer­mée. Depuis sa sor­tie de pri­son, elle aspire pour­tant au repos. C’est pour trou­ver un peu de tran­quilli­té qu’elle s’est reti­rée dans un appar­te­ment de bord de mer, à une heure de route de Casablanca, où on la retrouve un jour nua­geux de novembre. L’endroit est désert en cette période de l’année. Le vent caresse la pelouse plan­tée de pal­miers qui borde la pis­cine, vide, de la rési­dence. La jeune femme brune a reti­ré son fou­lard. Elle porte des lunettes à mon­ture noire, un leg­ging et des cla­quettes en plas­tique. Dans le salon où percent quelques timides rayons de soleil, elle parle d’une voix lente, feu­trée. « J’essaie de revivre, dit-​elle. Mais j’ai des dif­fi­cul­tés à retrou­ver ma vie d’avant, celle dans laquelle j’allais au tra­vail, à la biblio­thèque, boire un café. Tout a chan­gé. »
La jour­na­liste de 28 ans, incon­nue du public il y a encore quelques mois, a été condam­née, en même temps que son conjoint Rifaat al-​Amine, en sep­tembre, à un an de pri­son ferme pour « avor­te­ment illé­gal » et « rela­tions sexuelles hors mariage » – délits punis par le Code pénal maro­cain –, avant d’être gra­ciée par le roi Mohammed VI. Depuis, elle est deve­nue un sym­bole des liber­tés bafouées au Maroc. Un pays où les « affaires de mœurs », selon Reporters sans fron­tières, sont uti­li­sées comme moyens de pres­sion contre les per­sonnes jugées gênantes par le pou­voir.
D’après son récit, Hajar Raissouni est arrê­tée avec son fian­cé le 31 août 2019, à Rabat, la capi­tale, par des poli­ciers alors qu’elle sort d’une consul­ta­tion médi­cale pour des sai­gne­ments anor­maux. Emmenée de force par les fonc­tion­naires à l’hôpital, elle subit un exa­men gyné­co­lo­gique sous la contrainte en vue de « consti­tuer des élé­ments de preuve à son encontre » et de la « for­cer à recon­naître des faits non éta­blis » d’avortement clan­des­tin. Son avo­cat dénon­ce­ra des vio­lences rele­vant de la « tor­ture ». En garde à vue, pri­vée du trai­te­ment pres­crit par son gyné­co­logue, elle conti­nue de sai­gner. « C’était très dur. J’ai per­du beau­coup de sang, j’étais ané­miée. J’ai[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
27

Népal : les veuves de la coupe du monde

Le Qatar a embauché des milliers de travailleurs népalais et en a tué des centaines pour l’organisation de cet événement sportif. Oubliées, abandonnées, les veuves des travailleurs décédés luttent pour la survie de leurs familles.

121 reportage Inde exploitées jusqua luterus  Chloé Sharrock

Inde : exploi­tées jusqu'à l'utérus

Dans le centre-ouest de l’Inde, des milliers de coupeuses de canne à sucre sont victimes d’hystérectomies abusives. Pour le grand bénéfice des médecins, à qui ces coups de scalpel assurent des revenus juteux, mais aussi de leurs employeurs, qui...