05112019 couleurbraceletéperles 11
Hajar Raissouni sur une plage à Rabat, près de son oncle, après sa libération. © Yasmine Hatimi pour Causette

Hajar Raissouni : la liberté sans condition

Son arrestation a fait le tour du monde. La journaliste marocaine, incarcérée au terme d’un procès surréaliste pour un avortement qu’elle nie avoir réalisé, a été libérée le 16 octobre. Pour Causette, elle revient sur ses conditions de détention et sur son désir de s’engager davantage sur la question des droits des femmes dans son pays.

Hajar Raissouni a du mal à trouver le sommeil. La nuit, ses cauchemars la réveillent. Elle revoit les policiers qui l’ont interpellée et la porte de sa cellule, fermée. Depuis sa sortie de prison, elle aspire pourtant au repos. C’est pour trouver un peu de tranquillité qu’elle s’est retirée dans un appartement de bord de mer, à une heure de route de Casablanca, où on la retrouve un jour nuageux de novembre. L’endroit est désert en cette période de l’année. Le vent caresse la pelouse plantée de palmiers qui borde la piscine, vide, de la résidence. La jeune femme brune a retiré son foulard. Elle porte des lunettes à monture noire, un legging et des claquettes en plastique. Dans le salon où percent quelques timides rayons de soleil, elle parle d’une voix lente, feutrée. « J’essaie de revivre, dit-​elle. Mais j’ai des difficultés à retrouver ma vie d’avant, celle dans laquelle j’allais au travail, à la bibliothèque, boire un café. Tout a changé. »
La journaliste de 28 ans, inconnue du public il y a encore quelques mois, a été condamnée, en même temps que son conjoint Rifaat al-​Amine, en septembre, à un an de prison ferme pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » – délits punis par le Code pénal marocain –, avant d’être graciée par le roi Mohammed VI. Depuis, elle est devenue un symbole des libertés bafouées au Maroc. Un pays où les « affaires de mœurs », selon Reporters sans frontières, sont utilisées comme moyens de pression contre les personnes jugées gênantes par le pouvoir.
D’après son récit, Hajar Raissouni est arrêtée avec son fiancé le 31 août 2019, à Rabat, la capitale, par des policiers alors qu’elle sort d’une consultation médicale pour des saignements anormaux. Emmenée de force par les fonctionnaires à l’hôpital, elle subit un examen gynécologique sous la contrainte en vue de « constituer des éléments de preuve à son encontre » et de la « forcer à reconnaître des faits non établis » d’avortement clandestin. Son avocat dénoncera des violences relevant de la « torture ». En garde à vue, privée du traitement prescrit par son gynécologue, elle continue de saigner. « C’était très dur. J’ai perdu beaucoup de sang, j’étais anémiée. J’ai[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
tete d une statue se trouvant au temple d hatchepsout deir el bahari egypte

Hatshepsout, Madame le pharaon

Hatshepsout, qui régna sur l’Égypte au XVe siècle avant notre ère, n’est pas la première reine connue, mais la première à avoir laissé de nombreux témoignages de son influence.

113 la foirfouille nushu capture ecran carts.net

Chine : le langage secret des femmes

Dans le district chinois de Jiangyong, un système d’écriture uniquement utilisé par les femmes a longtemps existé. Déclarations d’amitié, conseils, les mots de l’intime s’échangeaient entre amies et proches.