fbpx

Garrard Conley : se recons­truire après une thé­ra­pie de conversion

Son livre, Boy Erased, dans lequel il raconte com­ment ses parents l’ont for­cé à suivre une « thé­ra­pie de conver­sion » pour le remettre sur les rails de l’hétérosexualité, a bou­le­ver­sé les États-​Unis. À un mois de la sor­tie du film tiré de son auto­bio­gra­phie et entre deux confé­rences autour de la pla­nète pour faire inter­dire ces pra­tiques, nous avons ren­con­tré Garrard Conley chez lui, à New York.

garrard conley ioulex 2117139 A
© Ioulex pour Causette

Le jour où Garrard Conley a fui, trem­blant, la séance impo­sée par ses « thé­ra­peutes » et le centre où il était enfer­mé depuis deux semaines, il ne se dou­tait pas qu’il devien­drait le nou­veau visage des com­bats LGBT amé­ri­cains. Pourtant, quelques années plus tard, l’écrivain de 33 ans mul­ti­plie les confé­rences pour racon­ter son his­toire et deman­der l’interdiction des « thé­ra­pies de conver­sion », ces « trai­te­ments » pseudo-​scientifiques concoc­tés par des orga­ni­sa­tions fon­da­men­ta­listes afin de « gué­rir » les homos. « On m’a mis dans ce rôle d’activiste un peu mal­gré moi !, glisse-​t-​il, barbe taillée de près et che­mise repas­sée, quand nous le ren­con­trons dans un petit café à deux pas de son appar­te­ment new-​yorkais du Lower East Side. Je n’aime rien tant que les jour­nées pas­sées à lire chez moi. Mais je le fais parce que c’est important. »

De Toronto à Atlanta, de Berlin à New York, il répète par­tout que 700 000 gays auraient, comme lui, subi ces lavages de cer­veau aux États-​Unis. Certains sont tom­bés en dépres­sion, d’autres se sont sui­ci­dés. Dénoncées par les asso­cia­tions de psy­chiatres, condam­nées par les Nations unies et pro­hi­bées dans plu­sieurs pays (comme le Brésil ou l’Argentine), ces thé­ra­pies moyen­âgeuses sont cepen­dant tou­jours auto­ri­sées dans près de qua­rante États amé­ri­cains. « Avec l’administration actuelle, ce n’est pas près de s’arranger », sou­pire Garrard, avant de rap­pe­ler qu’en 2000, le vice-​président Mike Pence, alors can­di­dat au Congrès, avait pro­mis le finan­ce­ment de ces trai­te­ments de choc… « L’autre jour, un gamin m’a envoyé un mail pour me dire qu’il vou­lait se tuer. J’ai tout de suite répon­du. Mais que se passera-​t-​il la fois où je ne serai pas devant mon écran ? »

Sa propre his­toire, Garrard l’a livrée dans Boy Erased, un récit racon­té d’une voix blanche, dont la publi­ca­tion en fran­çais est pré­vue pour le prin­temps pro­chain aux édi­tions Autrement.

Un[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
sharrock iraq flamingos hd 18 a

Irak : le vol sans retour des fla­mants roses

Au sud-est de Bagdad, dans la province marécageuse de Maysan, un important braconnage de cet échassier migrateur secoue une région marquée par les trafics et la pauvreté. Les autorités ne s’attaquent que timidement à cette activité illégale...