fbpx

Femmes stériles en Afrique : la chasse aux sorcières

Malgré un taux de fécondité important, l’Afrique subsaharienne a le taux d’infertilité le plus élevé du globe. Et ce sont toujours les femmes qui sont accusées d’en être la cause. Rejetées, répudiées, moquées, elles peuvent difficilement avoir recours à la PMA. Parce que très peu de cliniques spécialisées existent et que, quand il y en a, elles sont inabordables. Mais des solutions commencent à émerger.

A Tema (Ghana) et à Addis-​Abeba (Éthiopie)

119  INFERTILITE EN AFRIQUE   2© RUFAI ZAKARI
© RUFAI ZAKARI

« Je vis comme une pestiférée », déplore Patience, une Ghanéenne de 35 ans. Mariée depuis sept ans, cette institutrice n’a pas donné la vie. Pour ses proches, cela ne fait aucun doute : si elle ne parvient pas à mener une grossesse à terme, c’est parce qu’elle a le « mauvais œil ». Les parents d’élèves ne lui permettent pas de toucher leurs enfants, de crainte qu’elle ne leur transmette sa « malédiction ». Eux-​mêmes, parfois, la chahutent : comment peut-​elle se permettre de les reprendre, elle qui n’est pas mère ? Patience a plusieurs fois changé d’établissement, mais les fiches de renseignements comportent toutes la question du nombre d’enfants. À chaque rentrée scolaire, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre parmi ses collègues.

Année après année, la vie sociale de Patience se rétrécit. Elle ne se rend plus aux réunions familiales. Avant même de lui dire bonjour ou de lui demander comment elle va, petites cousines ou tantes éloignées posent toutes la même question : « Combien as-​tu d’enfants maintenant ? » La jeune femme a également cessé de se rendre à l’église. Si elle priait davantage, elle serait déjà mère, estime le prêtre. Quant aux rares amies qui accepteraient de la voir, c’est elle qui a coupé court : « Elles ne peuvent pas s’empêcher de parler de leurs enfants qui font ci ou ça. C’est un constant rappel que moi, je n’en ai pas. »

Le taux de fécondité important de l’Afrique subsaharienne, 4,7 enfants par femme1, masque en vérité le taux d’infertilité le plus élevé du globe. Si, en moyenne, 15 % des couples peinent à concevoir dans le monde2, ce chiffre s’élève à 42 % en Afrique de l’Ouest, 30 % en Afrique de l’Est et 40 % en Afrique du Sud, selon une étude de 20203. « L’infertilité en Afrique vient souvent d’infections sexuellement transmissibles pas ou mal soignées, explique Thomas Mekuria, gynécologue-​obstétricien directeur du Centre de santé reproductive ­d’Addis-Abeba (Éthiopie). Cela entraîne une occlusion des trompes de Fallope pour les femmes, qui empêche à l’embryon de nicher, et une azoospermie excrétoire chez les hommes, c’est-à-dire une obturation des canaux transportant le sperme. La[…]

  1. Banque mondiale, 2018.[]
  2. « A Unique View on Male Infertility Around the Globe », par A. Agarwal, A. Mulgund, A. Hamada, M. R. Chyatte. Journal of Reproductive Biology
    and Endocrinology, 2015.[]
  3. « Primary and secondary infertility in Africa : systematic review with meta-​analysis », par M. Shenkut Abebe, M. Afework et Y. Abaynew, 2020.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
angleterre gertrude bell

Gertrude Bell, l’aventurière des sables

Le dessin des frontières de l’Irak ? C’est elle. La stratégie britannique en Mésopotamie dans les années 1920 ? Idem. Le premier musée de Bagdad ? Aussi… Archéologue, espionne, alpiniste, Gertrude Bell a passé sa vie à sonder les déserts du Moyen...