fbpx

En Italie, les Sardines disent Bella Ciao à Salvini

Le 14 décembre 2019, un énorme banc de Sardines a enva­hi la place Saint-​Jean-​de-​Latran, à Rome, pour s’opposer au popu­lisme et au racisme de Matteo Salvini. Joyeux, citoyen et enga­gé, ce mou­ve­ment, né à Bologne un mois plus tôt, espère être un rem­part à son par­ti, la Ligue, lors des élec­tions régio­nales d’Émilie-Romagne, en jan­vier 2020.

016 sardine rally A
© Valentina Piccini et Jean-​Marc Caimi pour Causette

« ROOOOMAAAA ! », crie-​t-​il dans le micro, ce 14 décembre après-​midi, per­ché sur l’estrade ins­tal­lée place Saint-​Jean-​de-​Latran, à Rome. Un ins­tant, on se croi­rait au concert d’une rock star, entrée fra­cas­sante sous les ton­nerres d’applaudissements d’une foule com­pacte. En un mois, Mattia Santori a beau­coup chan­gé. En deve­nant la figure de proue du mou­ve­ment des Sardines, qu’il a créé avec trois ami·es – Giulia Trappoloni, Roberto Morotti et Andrea Garreffa –, presque sans y pen­ser, comme ça, pour voir, le tren­te­naire ano­nyme de Bologne a dû s’affirmer. 

Tout a com­men­cé comme un pari, lan­cé sur Facebook début novembre 2019. Chiche, mon­trons à Matteo Salvini, chef de la Ligue, que nous pou­vons être plus nombreux·euses que les sou­tiens du par­ti d’extrême droite à nous réunir contre « son popu­lisme, sa vul­ga­ri­té et sa poli­tique de la haine et de la divi­sion ». Ce mou­ve­ment, qui prend le nom de Sardines, parce que le qua­tuor bolo­gnais invite les gens à se ser­rer sur les places des grandes villes « comme des sar­dines en boîtes », est un para­doxe en soi : il inter­vient au moment où Matteo Salvini a retrou­vé les rangs de l’opposition. En sep­tembre, le popu­liste décom­plexé a en effet cla­qué la porte du gou­ver­ne­ment de coa­li­tion Ligue-​Mouvement 5 étoiles, dont il était ministre de l’Intérieur, parce que le pré­sident de la République lui a refu­sé « les pleins pou­voirs ». Mais ses vitu­pé­ra­tions aux relents fas­ci­sants n’en demeurent pas moins dan­ge­reuses. Le 27 octobre, les élec­tions régio­nales par­tielles en Ombrie ont por­té la Ligue au pou­voir. Et les son­dages montrent que l’Émilie-Romagne, région tra­di­tion­nel­le­ment « rouge », pour­rait, elle aus­si, bas­cu­ler en « bleu Ligue » à l’issue des élec­tions régio­nales qui, pour elle, auront lieu le 26 jan­vier 2020.

“Cette his­toire a pris un tour­nant inat­ten­du, parce que les cer­veaux se sont remis à fonc­tion­ner et la démo­cra­tie a été réac­ti­vée” 

Mattia Santori, figure de proue du mou­ve­ment des Sardines

Les quatre ami·es de Bologne, capi­tale de l’Émilie-Romagne, décident alors de prendre le tau­reau par les cornes. Et leur appel dépasse lar­ge­ment leurs espé­rances. Le 14 novembre, sur la Grande Place, à Bologne, ce ne sont pas six mille per­sonnes, comme escomp­tées, qui se tiennent ser­rées les unes contre les autres pour dire non à la Ligue en Émilie-​Romagne, mais bien quinze mille. Deux règles simples : venir sans aucun signe de rat­ta­che­ment à un par­ti ou à une orga­ni­sa­tion quel­conque et ne jamais être offen­sant ni insul­tant, his­toire de contras­ter avec la vio­lence ver­bale usuelle de Salvini. Puis tout s’enchaîne, très vite. En quelques semaines, la conta­gion se pro­page dans tout le pays. Modène, Rimini, Florence, Sorrente, Turin, Naples… Des cen­taines de mil­liers de per­sonnes enva­hissent leurs places avec de joyeuses sar­dines bri­co­lées dans du car­ton sur les­quelles on grif­fonne des slo­gans anti­ra­cistes et entonnent en chœur Bella Ciao, l’hymne de la résis­tance ita­lienne. Enfin, aujourd’hui, « la majo­ri­té jusque-​là silen­cieuse » se réveille et « reprend la place Saint-​Jean », dixit les orga­ni­sa­teurs. Tout un sym­bole puisque, le 19 octobre, Salvini y avait orga­ni­sé un mee­ting sous le mot d’ordre #FiertéItalienne.

002 sardine portraits A
Mattia Santori © Valentina Piccini
et Jean-​Marc Caimi pour Causette
La Constitution comme pilier

Après avoir sus­ci­té tant d’ébullitions, les Sardines se sont don­né rendez-​vous à Rome le 14 décembre pour tes­ter, à l’échelle de la capi­tale, l’essor de leur mobi­li­sa­tion. Ils étaient 35 000 selon la police, plus de 100 000 selon les manifestant·es… L’immense place Saint-​Jean-​de-​Latran[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
npg d34632 ann zingha by achille deveria printed by franaois le villain published by edward bull published by edward churton after unknown artist

Anna Zingha, reine de fer

Cette souveraine redoutée a combattu les envahisseurs portugais pendant plus de trente ans. Parfois décrite comme une femme cruelle et cannibale, elle incarne pourtant une figure majeure de la résistance anticoloniale.