hs9 clarenore stinnes 2 l capture ecran youtube
© Capture d'écran YouTube

Clärenore Stinnes, pilote à fond la caisse

À 24 ans, elle inflige une dégelée à ses adversaires masculins lors d’un rallye international. Puis, cumulant les victoires, Clärenore Stinnes se lance, deux ans plus tard, dans un tour du monde en voiture. Le premier du genre. 

Au cœur d’une Sibérie figée par ­l’hiver, non loin d’Irkoutsk, une femme de 27 ans s’apprête à tenter l’impossible : traverser le lac Baïkal en voiture. Nous sommes le 7 février 1928, la température avoisine 40 °C. Accompagnée de son copilote, la jeune intrépide se présente sur la rive et fait face à un chaos de blocs de glace. La voiture commence à se frayer un passage sur la mer gelée. Bientôt, un bruit sourd et funèbre déchire le silence hivernal et résonne dans les montagnes alentour. C’est la glace qui se fissure. La pilote met alors les gaz, bondit, glisse, et atteint, par miracle, l’autre rive.

Endurance à toute épreuve

Cette jeune femme que rien n’arrête, c’est Clärenore Stinnes. Une Allemande qui porte un projet fou : réaliser le premier tour du monde en voiture. Clärenore a pris la route à Francfort, un jour de mai 1927, avec deux véhicules et trois compagnons – deux mécaniciens et un caméraman. En quelques mois, le petit convoi a traversé les Balkans, l’Anatolie, la Syrie, le Liban, l’Irak, l’Iran. Puis a repiqué vers le nord, à travers le Caucase, pour rejoindre l’Union soviétique. Après l’abandon des deux mécaniciens pour[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
LH BIKERNI 032019   050

Inde : l’échappée belle des Bikerni

Chaque week-end, les membres du premier club indien de motocyclisme féminin sillonnent, sur des deux-roues mythiques, les routes du pays. Ces motardes revendiquent leur droit à l’aventure et à l’autonomie. Un défi dans une société patriarcale.

portrait de l imperatrice wu zetian 625 705 gouache sur papier portrait of the empress wu zetian 625 705 gouache on paper

Wu Zetian, l’impératrice machiavélique

On raconte qu’elle était cruelle et maléfique. Simple concubine au harem, elle a eu recours à toutes les manipulations pour devenir impératrice, jusqu’à assassiner son enfant. Mais elle a aussi prôné le pouvoir des femmes.