fbpx

Catalina de Erauso, la nonne lieu­te­nant

Aventurière infa­ti­gable, Catalina de Erauso a tro­qué le voile de reli­gieuse contre l’habit d’homme, pour mener une vie d’errance au début des années 1600.

akg1317590
Catalina de Erauso, par José Luis Villar.
Collection du Musée de l’Armée, à l’Alcazar de Tolède (Espagne).
© AKG-​Images

Catalina voit le jour en 1592 1 dans la ville de Saint-​Sébastien, en plein Siècle d’or espa­gnol. Placée au couvent dès son plus jeune âge, elle voit son enfance filer avec une mono­to­nie que l’on ne peut que sup­po­ser, jusqu’à ce qu’elle décide, à 15 ans, de prendre la fuite. « Je sor­tis dans la rue que je n’avais vue de ma vie, sans savoir par où me diri­ger, ni où j’allais », écrit-​elle dans ses Mémoires. Déboussolée, c’est dans un bois qu’elle trouve refuge afin d’entamer une méta­mor­phose sur laquelle elle ne revien­dra jamais. « J’y pas­sai trois jours, taillant et cou­sant mes habits. D’une bas­quine [jupe basque, ndlr] de drap bleu que je por­tais, je me fis des hauts-​de-​chausses ; d’un jupon de des­sous en laine verte, un pour­point et des guêtres. » La jeune fille par­fait sa trans­for­ma­tion en se cou­pant les che­veux. C’est déci­dé, désor­mais, elle sera homme !

Sur la route, elle se fait appe­ler Francisco de Loyola et se met au s­ervice des nobles qui[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 la foirfouille nushu capture ecran carts.net

Chine : le lan­gage secret des femmes

Dans le district chinois de Jiangyong, un système d’écriture uniquement utilisé par les femmes a longtemps existé. Déclarations d’amitié, conseils, les mots de l’intime s’échangeaient entre amies et proches.