myanmar press freedom advocates and youth activists hold a demonstration demanding the freedom of two jailed reuters journalists wa lone and kyaw soe oo in yangon
Manifestation à Rangoun pour la libération de deux journalistes de Reuters, en septembre 2018. Au centre, debout, le poète Maung Saung Kha. © Ann Wang / Reuters

Birmanie : Les déçus de la « Dame de Rangoun »

Majoritairement soutenue dans son pays, surtout par la principale ethnie, les Bamars, Aung San Suu Kyi a toutefois déçu les minorités ethniques et les défenseur·es des droits humains.

Depuis le Bangladesh, où il a dû fuir en 2017 comme 740 000 autres Rohingya, le poète Mayyu Ali ne cache pas sa rancœur contre celle qu’il a admirée toute son enfance. « Aung San Suu Kyi était mon idole. J’ai grandi en admirant “The Lady”. Mon peuple l’a toujours soutenue. Et elle, elle défend aujourd’hui l’armée birmane, les auteurs de notre génocide. Elle a notre sang sur ses mains. Son nom est maintenant associé à ceux des autres tyrans qui ont dirigé le pays », résume-​t-​il, amèrement. Les Rohingya ont toujours soutenu Aung San Suu Kyi, tous espéraient que, en accédant au pouvoir, elle reconnaîtrait enfin leurs droits, déniés par les militaires. 

Lire aussi : Aung San Suu Kyi : le mauvais conte de fées

Mais il n’en est rien. Bien au contraire, c’est sous son gouvernement qu’ont eu lieu[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
tete d une statue se trouvant au temple d hatchepsout deir el bahari egypte

Hatshepsout, Madame le pharaon

Hatshepsout, qui régna sur l’Égypte au XVe siècle avant notre ère, n’est pas la première reine connue, mais la première à avoir laissé de nombreux témoignages de son influence.

Découvrer notre calendrier de l'avent quichesque