fbpx

Aung San Suu Kyi : le mau­vais conte de fées

Longtemps éri­gée en icône de la paix, la chef de fac­to du gou­ver­ne­ment bir­man est fus­ti­gée par la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale pour son inac­tion face aux exac­tions contre les Rohingya. Retour sur l’effondrement d’un mythe à quelques jours des légis­la­tives en Birmanie, qui devraient voir la réélec­tion de son parti.

La scène a fait le tour du monde. Celle d’une Prix Nobel réfu­tant les accu­sa­tions de géno­cide contre son pays. Celle d’une icône de la paix pro­té­geant ses ex-​bourreaux mili­taires face à la jus­tice inter­na­tio­nale. Celle enfin d’une femme niant les viols subis par d’autres. Pendant les trois jours d’audience à la Cour inter­na­tio­nale de jus­tice à La Haye, aux Pays-​Bas, en décembre 2019, Aung San Suu Kyi est res­tée impas­sible face aux récits des atro­ci­tés vécues par les Rohingya, cette mino­ri­té musul­mane qui a dû fuir les exac­tions de l’armée bir­mane et des milices boud­dhistes en août 2017. Des semaines aupa­ra­vant, la chef de fac­to du gou­ver­ne­ment bir­man avait même accep­té de venir défendre son pays accu­sé de géno­cide, alors que rares sont les chefs d’État qui font eux-​mêmes le déplacement.

myanmar rohingya genocide gambia icj
Manifestation de sou­tien à Aung San Suu Kyi, à Rangoun, le 10 décembre 2019.
La diri­geante bir­mane s'est ren­du à La Haye (Pays-​Bas)
devant la Cour inter­na­tio­nale de jus­tice pour défendre son pays,
accu­sé de géno­cide contre les Rohingya.
© Sai Aung Main /​AFP)

Les années n’ont pas atteint son cha­risme légen­daire. Des fleurs parent tou­jours sa che­ve­lure, son port altier, héri­té d’une édu­ca­tion aris­to­cra­tique, semble éter­nel, ses traits res­tent fins, son élé­gance assu­rée. Assise face aux juges qui pour­raient un jour la condam­ner pour com­pli­ci­té de crimes contre les Rohingya, Aung San Suu Kyi assume ses contra­dic­tions et achève de mettre un point final au conte de fées écrit pour elle par les Occidentaux. Car depuis son acces­sion au pou­voir en avril 2016, Aung San Suu Kyi doit en réa­li­té com­po­ser avec l’armée qui tient un rôle majeur dans le pays, mal­gré l’autodissolution de la junte en 2011

« Le fait de se rendre à La Haye a don­né à Aung San Suu Kye l'occasion de se pré­sen­ter auprès de la popu­la­tion comme le plus impor­tant diri­geant de Birmanie »

Debbie Stothard, ancienne sécré­taire géné­rale de la FICH et fon­da­trice d'Altsean-Burma

Le vrai pro­blème en Birmanie, c’est la Constitution de 2008. Selon elle, l’armée dis­pose d’un droit de veto effec­tif sur les amen­de­ments consti­tu­tion­nels. En effet, l’armée détient auto­ma­ti­que­ment 25 % des sièges au Parlement », sou­ligne Debbie Stothard, ancienne[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
sharrock iraq flamingos hd 18 a

Irak : le vol sans retour des fla­mants roses

Au sud-est de Bagdad, dans la province marécageuse de Maysan, un important braconnage de cet échassier migrateur secoue une région marquée par les trafics et la pauvreté. Les autorités ne s’attaquent que timidement à cette activité illégale...