Aung San Suu Kyi : le mauvais conte de fées

Longtemps érigée en icône de la paix, la chef de facto du gouvernement birman est fustigée par la communauté internationale pour son inaction face aux exactions contre les Rohingya. Retour sur l’effondrement d’un mythe à quelques jours des législatives en Birmanie, qui devraient voir la réélection de son parti.

La scène a fait le tour du monde. Celle d’une Prix Nobel réfutant les accusations de génocide contre son pays. Celle d’une icône de la paix protégeant ses ex-​bourreaux militaires face à la justice internationale. Celle enfin d’une femme niant les viols subis par d’autres. Pendant les trois jours d’audience à la Cour internationale de justice à La Haye, aux Pays-​Bas, en décembre 2019, Aung San Suu Kyi est restée impassible face aux récits des atrocités vécues par les Rohingya, cette minorité musulmane qui a dû fuir les exactions de l’armée birmane et des milices bouddhistes en août 2017. Des semaines auparavant, la chef de facto du gouvernement birman avait même accepté de venir défendre son pays accusé de génocide, alors que rares sont les chefs d’État qui font eux-​mêmes le déplacement.

myanmar rohingya genocide gambia icj
Manifestation de soutien à Aung San Suu Kyi, à Rangoun, le 10 décembre 2019.
La dirigeante birmane s’est rendu à La Haye (Pays-​Bas)
devant la Cour internationale de justice pour défendre son pays,
accusé de génocide contre les Rohingya.
© Sai Aung Main /​AFP)

Les années n’ont pas atteint son charisme légendaire. Des fleurs parent toujours sa chevelure, son port altier, hérité d’une éducation aristocratique, semble éternel, ses traits restent fins, son élégance assurée. Assise face aux juges qui pourraient un jour la condamner pour complicité de crimes contre les Rohingya, Aung San Suu Kyi assume ses contradictions et achève de mettre un point final au conte de fées écrit pour elle par les Occidentaux. Car depuis son accession au pouvoir en avril 2016, Aung San Suu Kyi doit en réalité composer avec l’armée qui tient un rôle majeur dans le pays, malgré l’autodissolution de la junte en 2011

« Le fait de se rendre à La Haye a donné à Aung San Suu Kye l’occasion de se présenter auprès de la population comme le plus important dirigeant de Birmanie »

Debbie Stothard, ancienne sécrétaire générale de la FICH et fondatrice d’Altsean-​Burma

Le vrai problème en Birmanie, c’est la Constitution de 2008. Selon elle, l’armée dispose d’un droit de veto effectif sur les amendements constitutionnels. En effet, l’armée détient automatiquement 25 % des sièges au Parlement », souligne Debbie Stothard, ancienne[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
ok charles massicot gandolfo the new orleans historic voodoo museum 18x25 cmjn

Marie Laveau : Voodoo Queen

Prêtresse vaudou et brillante femme d’affaires, Marie Laveau était connue au-delà de la Louisiane. Plus d’un siècle après sa mort, l’esprit de cette étrange divinité flotte encore sur cette contrée qui la vit naître.

sfa022806409

Lai Choi San, la flibustière de Macao

Au début du XXe siècle, les côtes du sud de la Chine sont infestées de pirates. Parmi eux, une femme : Lai Choi San. À 40 ans, elle est à la tête d’une flotte de douze navires qui rackettent et rançonnent tout ce qui passe au large de Macao.

Découvrer notre calendrier de l'avent quichesque