fbpx
RTR3HUJH A
© Fabrizio Bensch/Reuter

Angela Merkel : tschüss, Mutti !

Fin sep­tembre, l’une des femmes les plus puis­santes du monde, Angela Merkel, quit­te­ra le pou­voir après seize ans de bons et loyaux ser­vices. Comment devient-​on numé­ro une dans un uni­vers régi par le mas­cu­lin ? L’itinéraire de cette « tueuse pro » au pré­ten­du manque de cha­risme témoigne d’une infa­ti­gable téna­ci­té. Et décoiffe plus qu’on ne l’imaginait.

La légende dit que, un jour, alors qu’Angela Merkel visi­tait une école, un enfant lui aurait deman­dé : « Est-​ce qu’on peut être un gar­çon et deve­nir chan­ce­lière ? » Pour les jeunes géné­ra­tions, qui n’ont connu qu’elle, c’est elle la cheffe. Voilà seize ans qu’elle est chan­ce­lière. Elle a été clas­sée « femme la plus puis­sante du monde » par le maga­zine Forbes à qua­torze reprises. A tenu tête à Trump. Est la seule par­mi les dirigeant·es de démo­cra­tie à jouir d’un taux de popu­la­ri­té qui avoi­sine les 80 % – et sans dérive auto­ri­taire ni culte de la per­son­na­li­té à la Erdogan ou à la Poutine. À côté de ça, celle que les Allemand·es appellent Mutti (« Maman ») fait ses courses seule au super­mar­ché chaque ven­dre­di. Se meuble chez Ikea. Tartine son pain avec du beurre et du fro­mage en mee­ting (devant Sarkozy, notam­ment). Et kiffe la ran­do. Grâce à Angela Merkel, la preuve existe : on peut être citoyenne lamb­da et entrer dans la cour des grand·es du pou­voir. A l’occasion de son départ, annon­cé ce 26 sep­tembre – jour des élec­tions fédé­rales où elle n’est pas can­di­date, à cause de résul­tats jugés déce­vants aux élec­tions locales et d’une san­té fra­gile –, Causette se devait de cher­cher à com­prendre ce par­cours exem­plaire.

La « gamine » de l’Est

A prio­ri, « rien chez Merkel ne colle avec le ­pou­voir », résume la jour­na­liste alle­mande Jacqueline Boysen, aujourd’hui fonc­tion­naire au Bundestag et bio­graphe de la chan­ce­lière. À son arri­vée en poli­tique en 1989, appuie-​t-​elle, « tout le monde avait le même CV : des hommes, issus de la poli­tique et[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés