fbpx

Alexandra Goujon : « Le pouvoir biélorusse ne s’attendait pas à cette mobilisation de femmes »

L’élection présidentielle en Biélorussie du dimanche 9 août, qui a opposé le président sortant à l’opposante Svetlana Tsikhanovskaïa a couronné le pouvoir en place. La chercheuse Alexandra Goujon revient sur ce scrutin inédit. 

MISE À JOUR – 10/​08/​20 /​/​Cet article a été mis à jour au lendemain de l’élection, avec les résultats de l’élection présidentielle. Selon les résultats officiels, Svetlana Tsikhanovskaïa n’a remporté que 9,9% des voix face au président Alexandre Loukachenko (80,2%). La candidate conteste ces résultats.

Unknown
© Compte Instagram de Veronika Tsepkalo

En Biélorussie, pays de 9,5 millions d’habitant·es coincé entre la Pologne et la Russie, l’élection présidentielle du 9 août s’est jouée entre un vieil homme et une jeune femme. Et c’est le vieil homme qui a gagné…

À ma droite Alexandre Loukachenko, 65 ans, président sortant en poste depuis 1994. À ma gauche, Svetlana Tsikhanovskaïa, 37 ans, ancienne traductrice et femme au foyer, novice en politique et alliée à deux autres femmes qui font, elles aussi, leurs premières armes. Sans surprise, c’est donc le président sortant qui a remporté la mise avec 80,2% des voix. Le pouvoir n’a octroyé que 9,9% des suffrages à la jeune femme. Pourtant, la nouvelle venue a nourri les espoirs populaires. Dès la fin du vote, des dizaines de milliers de personnes pro-​Tsikhanovskaïa ont protesté dans les rues contre une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
sfa022806409

Lai Choi San, la flibustière de Macao

Au début du XXe siècle, les côtes du sud de la Chine sont infestées de pirates. Parmi eux, une femme : Lai Choi San. À 40 ans, elle est à la tête d’une flotte de douze navires qui rackettent et rançonnent tout ce qui passe au large de Macao.