fbpx

Alexandra Goujon : « Le pou­voir bié­lo­russe ne s’attendait pas à cette mobi­li­sa­tion de femmes »

L'élection pré­si­den­tielle en Biélorussie du dimanche 9 août, qui a oppo­sé le pré­sident sor­tant à l'opposante Svetlana Tsikhanovskaïa a cou­ron­né le pou­voir en place. La cher­cheuse Alexandra Goujon revient sur ce scru­tin inédit. 

MISE À JOUR – 10/​08/​20 /​/​Cet article a été mis à jour au len­de­main de l'élection, avec les résul­tats de l'élection pré­si­den­tielle. Selon les résul­tats offi­ciels, Svetlana Tsikhanovskaïa n'a rem­por­té que 9,9% des voix face au pré­sident Alexandre Loukachenko (80,2%). La can­di­date conteste ces résul­tats.

Unknown
© Compte Instagram de Veronika Tsepkalo

En Biélorussie, pays de 9,5 mil­lions d’habitant·es coin­cé entre la Pologne et la Russie, l’élection pré­si­den­tielle du 9 août s'est jouée entre un vieil homme et une jeune femme. Et c'est le vieil homme qui a gagné…

À ma droite Alexandre Loukachenko, 65 ans, pré­sident sor­tant en poste depuis 1994. À ma gauche, Svetlana Tsikhanovskaïa, 37 ans, ancienne tra­duc­trice et femme au foyer, novice en poli­tique et alliée à deux autres femmes qui font, elles aus­si, leurs pre­mières armes. Sans sur­prise, c'est donc le pré­sident sor­tant qui a rem­por­té la mise avec 80,2% des voix. Le pou­voir n'a octroyé que 9,9% des suf­frages à la jeune femme. Pourtant, la nou­velle venue a nour­ri les espoirs popu­laires. Dès la fin du vote, des dizaines de mil­liers de per­sonnes pro-​Tsikhanovskaïa ont pro­tes­té dans les rues contre une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés