fbpx

Magazine N° 128 – Décembre 2021

CAUSETTE 128 COUV sanscode web

ÉDITO

« Je n’ai jamais eu honte. J’ai évi­dem­ment subi la répro­ba­tion. Mais j’ai davan­tage souf­fert du silence autour de mon avor­te­ment. À l’époque, donc en 1964, je ne pou­vais en par­ler à per­sonne. Pas même à ma meilleure amie. Mon mari le savait, mais on n’en par­lait pas. Après la sor­tie de mon livre, en 2000, les femmes qui avaient subi une IVG ne vou­laient pas témoi­gner, elles sou­hai­taient tirer un trait. L’amnésie. Or il est impos­sible d’oublier. […] Une immense soli­tude enve­loppe les femmes qui avortent. » Voilà ce que disait Annie Ernaux dans une inter­view parue dans L’Humanité en 2014.
Bien sûr, son expé­rience à elle fut clan­des­tine et elle mit sa vie en dan­ger pour y par­ve­nir. Pour autant, plus de cin­quante ans plus tard, le silence et la soli­tude qui entourent le recours à l’avortement n’ont pas beau­coup chan­gé. Vous qui avez pra­ti­qué une IVG, si vous y réflé­chis­sez bien, en avez-​vous déjà par­lé libre­ment avec vos ami·es ? Avec votre par­te­naire ? Votre famille ? Votre employeur, la fois où vous avez dû prendre un jour de congé pour aller à votre rendez-​vous médi­cal ? Probablement pas.
C’est un tort de notre part. Car il n’y a pas de honte à avor­ter. Pas de rai­son de gar­der cette infor­ma­tion secrète. Nous ne sommes pas fau­tives quand nous devons y avoir recours. Nous n’avons pas com­mis de faute quand nous sommes enceintes. Nous ne sommes pas cou­pables de pos­sé­der un uté­rus et que celui-​ci se rem­plisse par­fois contre notre volon­té. Mille rai­sons peuvent expli­quer qu’un ovule soit fécon­dé. Capote qui craque, pilule qui ne marche pas, insé­cu­ri­té émo­tion­nelle par rap­port à un par­te­naire ou viol, dans le pire des cas.
Mais il n’est pas ici ques­tion de se jus­ti­fier de quoi que ce soit. Nous n’avons pas à nous jus­ti­fier. Nous, femmes, avons depuis trop long­temps inté­gré le pro­ces­sus même de silen­cia­tion autour de l’avortement. Le secret doit être levé. C’est pour­quoi, avec le Planning fami­lial, nous lan­çons à par­tir d’aujourd’hui sur les réseaux sociaux le hash­tag #OuiJaiAvorté. Pour que la parole se libère. Treize per­son­na­li­tés l’ont fait dans le dos­sier que vous décou­vri­rez dans ce numé­ro. À notre tour, sui­vons le mouvement. 

Causette

Ce numé­ro de décembre de Causette pré­sente deux cou­ver­tures dif­fé­rentes, la pre­mière sera tes­tée auprès de nos lec­trices du Grand Ouest, la seconde dans le reste de la France. L’objectif est de mesu­rer quels types de sujets vous préférez.

Extraits du numéro

Partager
Articles liés
Causette HS9 COUV bd

30 his­toires de femmes infréquentables

Hors-​série n° 9 – Printemps 2019 ÉDITO Ça s’appelait le « Cabinet de curio­si­té ». Créée dans les pre­mières années de Causette, en 2011, cette rubrique ­far­fouillait dans les bro­cantes de ­l’Histoire, pour y dégot­ter des femmes aux...

CAUSETTE 128 COUV sanscode web

Magazine N° 128 – Décembre 2021

ÉDITO « Je n’ai jamais eu honte. J’ai évi­dem­ment subi la répro­ba­tion. Mais j’ai davan­tage souf­fert du silence autour de mon avor­te­ment. À l’époque, donc en 1964, je ne pou­vais en par­ler à per­sonne. Pas même à ma meilleure amie. Mon...

Causette 104 couv

Magazine n° 104 – Octobre 2019

Bon calmos, les amigos, je vous arrête tout de suite, c’est pas que je porte Bribri dans mon cœur. Mais une fois n’est pas coutume, je vais me pencher sur le cas de Mrs Macron, tant le sort qui lui est réservé en dit long sur la façon dont on traite...

CAUSETTE 119 COUV nocode web

Magazine n° 119 – Février 2021

ÉDITO On l’attendait ce #MeToo de l’enfance abu­sée. C’est triste à dire, mais on l’attendait. On savait que la vague gros­sis­sait et que quand elle serait prête, bien for­mée, bien solide, bien puis­sante, elle défer­le­rait comme un tsu­na­mi. Ce...