fbpx

Magazine n° 125 – sep­tembre 2021

CAUSETTE 125 couv HD nocode

ÉDITO

Sur les images en super‑8 elles ont des jupes au-​dessus du genou et des bottes six­ties. Les che­veux déta­chés et le sou­rire radieux. À l’époque, même la pre­mière dame ne porte pas le voile. Nous sommes à Kaboul, dans les années 1960. Les ciné­mas font salle comble, les écoles sont mixtes, on joue de la trom­pette dans les clubs de jazz et les hip­pies occi­den­taux viennent y pas­ser leurs vacances pour admi­rer les sublimes sites his­to­riques et fumer du shit de qua­li­té. 
Jusqu’en 1973, la vie est riante dans la capi­tale afghane, et voir ces images aujourd’hui, au len­de­main de la prise de la ville par les tali­bans, est un crève-​cœur. Les voix des femmes qui par­viennent encore jusqu’à nous disent déjà l’effroi. Celles qui ont eu la chance et le cou­rage de faire des études éteignent leurs ordi­na­teurs à la hâte et cachent leurs diplômes dure­ment acquis, preuve beau­coup trop fla­grante de leur éman­ci­pa­tion. Les fillettes pleurent de ne plus pou­voir aller à l’école, leurs mères de devoir ren­fi­ler leurs sinistres bur­qas. Elles se terrent chez elles. Elles ne dorment plus la nuit, han­tées par les récits de leurs propres mamans sur la ter­reur que fai­saient déjà régner les tali­bans à leur époque. Elles ne dorment plus la nuit, angois­sées par le sombre ave­nir de leurs filles. L’avenir, c’est aujourd’hui, d’ailleurs, puisque ces isla­mistes radi­caux ont déjà com­men­cé à enle­ver des gamines pour les marier de force. Et le pire reste à venir. Femmes et enfants repré­sentent 80 % des per­sonnes qui fuient l’avancée des tali­bans. Comme tou­jours, et a for­tio­ri dans les pays en guerre, ce sont les femmes que l’on sacri­fie.
Depuis près de cin­quante ans, l’Afghanistan est rava­gé par les conflits. Entre chefs de guerre, entre moud­ja­hi­dine et tali­bans, contre les com­mu­nistes, les Soviétiques, les isla­mistes, les Américains… Ce sont tou­jours des hommes qui se battent entre eux, qui décident entre eux, s’assassinent entre eux pour mieux reprendre le pou­voir et mieux recom­men­cer. 
Pas l’ombre d’une femme à l’horizon. Quantité négli­geable, elles ne rentrent même pas dans l’équation. Le pays aurait-​il connu de telles affres si on avait lais­sé la pos­si­bi­li­té aux femmes de prendre les com­mandes ? Si on les avait auto­ri­sées à exer­cer plus de res­pon­sa­bi­li­tés ? À prendre des déci­sions ? À gou­ver­ner ! Et si, du côté des Occidentaux, elles accé­daient en plus grand nombre aux très hautes ins­tances du pou­voir ? Cela a un nom : la diplo­ma­tie fémi­niste. Juste un chiffre : selon le think tank amé­ri­cain Council on Foreign Relations (CFR), lorsque les femmes par­ti­cipent aux négo­cia­tions de paix, les accords qui en résultent ont 35 % de chances sup­plé­men­taires de durer au moins quinze ans. En atten­dant, aujourd’hui, les trois quarts des ambas­sa­deurs fran­çais sont des hommes. Alors, essuyons nos larmes et ten­tons de nous accro­cher coûte que coûte à ce rêve fou que, un jour, les femmes sau­ve­ront le monde. 

Causette

Extraits du numé­ro :

Partager
Articles liés
HS5 couverture clito

Voyage en Clitorie

Hors-​série n° 5 – Hiver 2016–2017 ÉDITO Si, j’en ai un !Et toi aus­si, si je te le dis !Et ce n’est pas ce petit moi­gnon ridi­cule de 5 mil­li­mètres dont tes bou­quins de SVT t’ont par­lé.Non, non, ça c’est juste le pom­pon du...

Causette 99 couv bd nocede

Magazine n° 99 – Avril 2019

ÉDITO « Ta pla­nète, tu la veux bleue ou bien cuite ? » Le mes­sage a le mérite d’être direct et l’urgence pal­pable. « La pla­nète peut se pas­ser de nous, mais nous ne pou­vons pas nous pas­ser d’elle1 », ont crié les...

CAUSETTE 122 COUV web nocode

Magazine n° 122 – Mai 2021

Édito Ça approche. Dans un an exac­te­ment nous serons en mai 2022, et le temps sera venu de voter pour l’élection pré­si­den­tielle. En atten­dant, il y a le Covid-​19, l’envie de sor­tir de cette crise au plus vite, de plon­ger de plain-​pied...