Magazine n° 118 – Janvier 2021

134219235 3997710726915098 2776651004714895456 o
© Marie Rouge

ÉDITO

Ça, c’est fait !

Enterrée, 2020 ! Et on ne va pas la regretter, croyez-​moi. Notez que, dans une sorte
d’aveuglement collectif, on est toutes et tous plus ou moins persuadé·es qu’au 1er janvier, tout va disparaître. Pfiouuu, finito ! On le sait bien, hein, que c’est pas vrai. Et qu’on va probablement en reprendre pour six mois. Mais déni déni déni pour seul mode de vie. La mère Noël va annuler le virus, l’embarquer avec elle sur son traîneau et le plaquer au sol avec l’aide des lutins. Peut-​être même qu’Harry Potter et sa clique vont mettre un gros coup de baguette magique sur le monde pour le Nouvel An et nous débarrasser de ce cauchemar. Si, si. Aux grands maux, les grands remèdes. Bon, en vrai, au 2 janvier, ce sera toujours le même marasme, voire pire. Troisième vague en vue ? Reconfinement ? Salles de ciné toujours fermées ? Rideaux des restos baissés ? Sans parler de la canicule qui nous attend cet été. STOOOOOOP. Avant d’annuler 2021, essayons de voir le fameux fuc**** verre à moitié plein. Et trouvons des raisons de nous réjouir. À ce stade, y a plus que la méthode Coué qui vaille, à s’injecter en intraveineuse. Ne nous dites pas merci.

Depuis le 22 décembre, les journées rallongent. Niveau bonne nouvelle, ça se pose là. • Donald Trump va dégager de la Maison-​Blanche. Moins de matos en vue pour nos pages Quiches, mais tout de même, ça soulage. • On va peut-​être enfin pouvoir voir Aline, le film de Valérie Lemercier sur Céline Dion. • Vingt-​cinq jours pour le congé pater au lieu de onze à partir du 1er juillet. On l’a pas volé ! • Saturne quitte Capricorne après trois ans de dur labeur. Askip, ça va dans le bon sens. • Si le Sénat déconne pas, fin janvier, le délai de recours à l’IVG devrait être allongé de deux semaines pour passer à quatorze semaines. • On ne verra plus la tête de Jean-​Pierre Pernaut tous les jours à 13 heures sur TF1. • Au moment où on pourra peut-​être refaire la teuf, Sia a la bonne idée de sortir un nouvel album : Music. Le 12 février a priori. • 2020 était une année bissextile. Pas de jour de rab au programme en 2021. Si les choses tournent mal, ça nous fait vingt-​quatre heures de répit. • Marina Foïs va présenter les César et Polanski n’est pas invité. • Les États-​Unis reviennent dans l’accord de Paris sur le climat. On va faire semblant de croire que ça peut servir à quelque chose… • Une femme de gauche se présentera-​t-​elle pour 2022 ? L’espoir fait vivre. • La Coupe du monde féminine de rugby se déroulera en Nouvelle-​Zélande, du 18 septembre au 16 octobre. • Darmanin va démissionner. Nan, on déconne. • Le Festival de la BD d’Angoulême fin janvier, on y croit ! • Douze ans après son dernier film, Jane Campion revient au cinéma. Alléluia ! • Ah oui et, accessoirement, peut-​être qu’on pourra se faire vacciner.

Plus sérieusement, nous vous souhaitons donc, pour 2021, de pouvoir embrasser qui
vous voudrez, d’oublier le gel hydroalcoolique, de boire dans le même verre que votre meilleur·e ami·e, de ne pas vous laver les mains pendant plus de trois heures, de festoyer collé·es-serré·es, de boire des coups en terrasse au printemps, de pouvoir prendre un billet d’avion. De revivre en somme. Haut les cœurs et bonne année bien sûr !

Causette

Extraits du numéro
Partager
Articles liés
CAUSETTE 114 1000

Magazine n° 114 – Septembre 2020

ÉDITO Pendant deux mois, nous nous y sommes agrippé·es comme à une bouée au milieu de l’océan. Nous avons caressé leurs pages rugueuses avec émotion, comme si nous retrouvions la peau d’un·e amant·e perdu·e. Nous nous sommes délecté·es, en plongeant...

couv 107 e1580902813672

Magazine n° 107 – Janvier 2020

Pour autant que je sache, je suis née le 8 mars 2009 autour de trois heures du mat. Mes parents avaient clairement un coup de fatigue dans le pif. Et une grosse carence en vitamine C ! Mais il semblerait que ce soit bien la bonne date. Ce qui fait...

CAUSETTE 119 COUV nocode web

Magazine n° 119 – Février 2021

ÉDITO On l’attendait ce #MeToo de l’enfance abusée. C’est triste à dire, mais on l’attendait. On savait que la vague grossissait et que quand elle serait prête, bien formée, bien solide, bien puissante, elle déferlerait comme un tsunami. Ce moment...