712AD635A54E4E9AA75B682B578F46AE
© Gros pour causette

Violon d’aigre

« Stradivarius Rivoli Paris, bonjour ?

- Bonjour ! J’ai vu sur votre site un maillot de bain qui me plaît beaucoup, mais je ne le trouve pas à ma taille, je fais du L et vous ne proposez que du S ou du M.

- Ah oui, peut-​être que ça viendra, je ne sais pas trop… 

- Mais l’ensemble de la collection maillots n’est disponible qu’en S et M en ligne. Où sont les autres tailles ? 

- Oui bon… Ils ont sans doute décidé de ne produire que les S et les M pour voir si ça se vend et, à ce moment-​là, ils produiront les autres tailles.

- Donc, en gros et sans mauvais jeu de mots, il va falloir que je maigrisse si je veux mon maillot, quoi. »

Voilà l’échange téléphonique surréaliste que nous avons vécu en appelant un magasin de la chaîne de fast fashion Stradivarius, fin mai. La marque espagnole pour adolescentes, présente dans soixante pays, a discrètement décidé, cette année, de n’autoriser en France aucune sortie de route à ses clientes qui oseront se mettre en maillot sur les plages : ce sera du S ou du M, corazon ! Alors, préparez-​vous à rentrer dedans ! 

Pourquoi tant de haine ? Fabriquer les seuls S et M s’avérerait moins prise de tête, selon la sociologue Majdouline Sbai, spécialisée en environnement et autrice de Toujours moins cher… Mais à quel prix ? aux éditions Librio : « Ces tailles sont probablement moins exigeantes en termes de conception (moins de maintien de la poitrine, d’adaptation aux courbes, etc.). Le maillot triangle ou une pièce sans baleines et en polyester est facile et moins cher à réaliser. » Cette simplification pour réduire les coûts de production recèle un « effet bonus » pour l’image de marque : les ados hors des normes papier glacé ne risquent pas de « foutre la honte » à la multinationale en arborant ses bikinis. À pleurer… 

Partager