fbpx
Capture d’écran 2021 09 30 171941
© Capture d'écran d'ne vidéo de Yahoo.it

Statue sexy : le génie rince‑l’œil incom­pris d’un sculp­teur ita­lien

En don­nant corps à La Spigolatrice di Sapri, l’un des poèmes fon­da­teurs de l’unité natio­nale de l’Italie, le sculp­teur Emanuele Stifano a choi­si de repré­sen­ter la gla­neuse nar­ra­trice du poème dans une pos­ture trans­pi­rant le male gaze. Ce qui n’était clai­re­ment pas néces­saire.

La cri­tique est aisée, l’art est dif­fi­cile. Voilà ce que se dit Emanuele Stifano, sculp­teur d’art, à la suite de la polé­mique sus­ci­tée par l’inauguration de sa sta­tue en bronze ren­dant hom­mage à La Spigolatrice di Sapri.

Ce poème, publié en 1857 par Luigi Mercantini, retrace l’expédition du révo­lu­tion­naire Carlo Pisacane, cher­chant à s’emparer de Naples pour faire tom­ber le roi de Bourbon-​Sicile, pré­fi­gu­rant ain­si l’Unité ita­lienne de 1870. Le poète avait choi­si de valo­ri­ser la folle entre­prise à tra­vers le récit d’une gla­neuse amou­reuse de Pisacane – être un héros, c’est bien, sous les yeux d’une jeune fille en fleur, ça vous ajoute tout de même un peu d’allure, pensait-​on com­mu­né­ment au XIXe siècle. Le poème est deve­nu une œuvre fon­da­men­tale pour la jeune nation, et c’est donc tout natu­rel­le­ment que la ville de Sapri, d’où s’est lan­cé Pisacane, a pas­sé com­mande à Emanuele Stifano pour rendre hom­mage à la figure idéa­li­sée de cette spi­go­la­trice (gla­neuse).

Las ! Lors de l’inauguration, le 25 sep­tembre, devant une bro­chette d’hommes poli­tiques ita­liens – l’ancien Premier ministre Giuseppe Conte avait fait le dépla­ce­ment –, c’est la stu­pé­fac­tion dans une par­tie du public. La fine tunique de la gla­neuse, le corps droit vers la ville, se prend une brise marine qui vient sou­li­gner outra­geu­se­ment les courbes de ses fesses – les­quelles atteignent par ailleurs les normes de per­fec­tion encore exi­gées des femmes. Cette bour­rasque sen­suelle donne un je-​ne-​sais-​quoi de las­cif à la spi­go­la­trice, qui n’a plus rien à voir avec la valeu­reuse pay­sanne du poème qui, sans une ombre de peur, se met à suivre la troupe de Pisacane pour assis­ter à la bataille. Pour les asso­cia­tions fémi­nistes du pays, il s’agit d’une « repré­sen­ta­tion archaïque et pro­fon­dé­ment sexiste d’une femme ». Et depuis, l’Italie débat : pour­quoi éro­ti­ser la spi­go­la­trice si ce n’est pour plaire au regard mas­cu­lin ?

Techniquement, vrai­ment, on ne peut que s’incliner devant la prouesse du sculp­teur, qui a su rendre le bronze aus­si fin qu’un voile de mous­se­line déli­ca­te­ment sus­pen­du aux hanches d’une dan­seuse orien­tale. Une repré­sen­ta­tion tou­te­fois fan­tas­mée de la tenue d’une pay­sanne de l’époque, n’ayant pro­ba­ble­ment d’autre pos­si­bi­li­té que d’aller ramas­ser les blés dans une toile de lin bien épaisse, com­mode et peu chère.

Mais, et la vision de l’artiste, dans tout ça ? Dans une publi­ca­tion pei­née sur son compte Facebook, Emanuele Stifano se dit  « cho­qué et dépri­mé » par les réac­tions pour le moins miti­gées face à son œuvre. « Comme elle était des­ti­née à trou­ver place face à la mer, j’ai pro­fi­té de l’air marin du lieu pour don­ner du mou­ve­ment à sa jupe longue, et ain­si mettre son corps en évi­dence, poursuit-​il. Il s’agissait de sou­li­gner une ana­to­mie qui n’était pas une repré­sen­ta­tion fidèle de celle d’une pay­sanne du XIXe siècle, mais pour repré­sen­ter un idéal de femme, en évo­quer la digni­té, le réveil d’une conscience, le tout dans un ins­tant dra­ma­tique. » Dans la défense de son tra­vail, l'artiste pointe le pro­blème : idéa­li­ser « la femme », cela passe encore par la sexua­li­sa­tion d’un corps par­fait en 2021. Même quand cette femme a, en l’occurrence, une dimen­sion poli­tique et non pas char­nelle.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .