three men's sitting on white concrete bollard near body of water during daytime
Toutes nos confuses par avance à ces messieurs s'ils se reconnaissent sur la photo et s'avèrent être de fervents défenseurs d'un congé paternité égal à celui des femmes. © Joel Bengs

Selon un son­dage, seuls 39% des hommes sont favo­rables à l'allongement du congé pater­ni­té

Alors là, les bras nous en tombent. Des congés pour mieux accueillir votre enfant, pas­ser du temps avec lui et votre com­pagne, c'est cen­sé être mer­veilleux, non ? « Non », décrètent avec fran­chise 61 % des hommes qui ont répon­du à un son­dage en ligne et dont les résul­tats ont été publiés le 8 juin.

Lancé par Génie des lieux, une socié­té de conseil spé­cia­liste de l'organisation de l'espace de tra­vail, le son­dage aux 2 906 réponses issues d'un « panel repré­sen­ta­tif »* a de quoi nous faire rendre notre tablier de ména­gère. On y apprend donc que les hommes ne sont pas fran­che­ment embal­lés par la réforme du congé pater­ni­té, qui sera mise en place dès le 1er juillet et fait pas­ser de 11 jours à un mois ledit congé, dont sept obli­ga­toires (empê­chant ain­si l'employeur de vous le repro­cher). 56 % des hommes inter­ro­gés affichent même clai­re­ment la cou­leur, en disant sou­hai­ter un congé moins long que celui qui va entrer en vigueur ! On s'en éton­ne­ra moins mais les femmes ayant répon­du au son­dage sont à l'inverse 67 % à dési­rer cette réforme. Sans blague : au-​delà de prendre le temps pour se connec­ter à son enfant, l'intérêt de l'extension du congé pater­ni­té réside notam­ment dans la pos­si­bi­li­té de sou­la­ger sa com­pagne dans le soin du nou­veau né et de mieux par­ta­ger les tâches admi­nis­tra­tives qui s'annoncent.

On apprend aus­si que 68 % des son­dés mas­cu­lins consi­dèrent que prendre un congé pater est « abu­sé (sic) vu que beau­coup sont en télé­tra­vail », pen­sant peut-​être que jon­gler avec les bibe­rons, les couches et les câlins est tout à fait com­pa­tible avec les tableurs Excel et les réunions Zoom – à moins qu'ils aient, lors de ces réunions, l'habitude de faire sem­blant d'écouter.

Pourtant, et c'est là où cela va par­ti­cu­liè­re­ment vous aga­cer, 57 % des répon­dants mas­cu­lins « pensent que l'égalité entre congés mater­ni­té et pater­ni­té per­met­trait de bri­ser le pla­fond de verre » (contre 89% des femmes son­dées). Oui, mes­dames, cela signi­fie qu'une majo­ri­té d'hommes sont tout à fait conscients des bien­faits du congé pater en matière d'égalité devant la car­rière mais, pour autant, ne sou­haite pas y contri­buer. Y a des grèves des ventres qui se perdent.

Lire aus­si l En place le 1er juillet, le ral­lon­ge­ment du congé deuxième parent est déjà jugé insuf­fi­sant

*Les résul­tats de cette étude posent tel­le­ment ques­tion qu'on se demande si sa métho­do­lo­gie n'a pas été biai­sée. Le fon­da­teur de l'agence BuzzPress, qui a four­ni le panel à Génie des lieux, a expli­qué à Causette ne pas être en mesure de four­nir les détails de la métho­do­lo­gie et du pro­fil des répondant·es.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .