Bataillon TPMP
Capture écran de Quentin Bataillon président de la commission d'enquête TNT dans l'émission Touche pas à mon poste sur C8, le 2 avril 2024.

Le dépu­té Quentin Bataillon chez Hanouna : une notion toute per­son­nelle de la "neu­tra­li­té" sur la TNT

La com­mis­sion d’enquête par­le­men­taire sur la TNT n’a pas encore ren­du ses conclu­sions que son pré­sident, le dépu­té Quentin Bataillon, s’est ren­du sur le pla­teau de Touche pas à mon poste pour féli­ci­ter l’équipe d’Hanouna et débi­ner Yann Barthès. 

S’il y en a un qui a le sens des fonc­tions, c’est bien le dépu­té Quentin Bataillon (Renaissance). “Mon rôle, en tant que pré­sident, c’est de veiller au bon fonc­tion­ne­ment de la com­mis­sion d’enquête”, affirmait-​il doc­te­ment, sur France Info, le 28 février. Depuis quatre mois, le tren­te­naire est en effet à la tête de la com­mis­sion d’enquête par­le­men­taire sur l’attribution, le conte­nu et les contrôles des fré­quences de la télé­vi­sion numé­rique ter­restre (TNT), qui doit rendre ses conclu­sions d’ici au 8 mai. Mais à quoi bon faire preuve de déon­to­lo­gie, quand on peut s’offrir son quart d’heure de célébrité ?

Sans attendre les résul­tats de la conclu­sion d’enquête dont il a la charge, Quentin Bataillon s’est donc ren­du, mar­di 2 avril, sur le pla­teau de Cyril Hanouna. Lequel a été audi­tion­né par ladite com­mis­sion le 14 mars. Tout comme son concur­rent Yann Barthès, qui a été enten­du le 27 mars, à la demande de cinq dépu­tés du Rassemblement natio­nal, dési­reux de savoir pour­quoi leur par­ti – qui a bla­ck­lis­té les jour­na­listes de l’émission – n’était jamais invi­té sur le pla­teau de Quotidien.

Les jeux du cirque étant ce qu’ils sont, le chro­ni­queur Guillaume Genton a donc pro­fi­té que Quentin Bataillon soit dans l’arène pour lan­cer l’appeau : “Vous pré­fé­rez Cyril Hanouna ou Yann Barthès ?” Éclats de rire du pla­teau. “J’ai encore un peu de neu­tra­li­té, là je ne peux vrai­ment pas répondre”, répond Quentin Bataillon, hilare. Dont le “peu de neu­tra­li­té” qui lui res­tait n’a pas résis­té au plai­sir de débi­ner Yann Barthès. “C’est la pre­mière fois que je me suis éner­vé sur les audi­tion­nés […] parce qu’il y a une atti­tude assez arro­gante, dès le début. Il refu­sait de répondre à nos ques­tions”, balance le dépu­té, avant de se lan­cer dans une petite leçon sur le plu­ra­lisme, option brosse à reluire.

“C’est à ça qu’on les reconnaît”

“Certes, il y a les règles de l’Arcom. Certes, TF1 et TMC res­pectent les règles – comme vous les res­pec­tez – des temps de parole, etc. Sauf qu’on voit bien que le plu­ra­lisme, c’est aus­si un sujet de confiance entre les conci­toyens, les médias et les poli­tiques”, pour­suit Bataillon, qui insiste sur l’importance que cha­cun tienne “son rôle”. “Et c’est aus­si le rôle de chaque chaîne d’inviter tout le monde, comme vous le faites, et je vous en féli­cite […] Dès qu’il y a un des acteurs qui ne répond plus à son rôle, ça crée de la défiance”, pré­vient sans cil­ler le dépu­té. Pour l’occasion, notre chantre de la confiance citoyenne s’est d’ailleurs vu offrir par Cyril Hanouna un tee-​shirt flo­qué de la phrase “C’est l’heure du goû­ter”. Référence aux pro­pos de l’animateur-star qui, le jour de son audi­tion par­le­men­taire, a pré­ve­nu qu’il par­ti­rait quoiqu’il arrive à 16 h 30, parce qu’il devait pré­pa­rer son émis­sion et prendre son “goû­ter”. 

Étonnamment, cette bonne tranche de rigo­lade télé­vi­suelle n’a pas fait rire tout le monde. “Ridicule, affli­geant”, a jugé le dépu­té Alexis Corbière. “Aller chez Hanouna pour cra­cher sur Barthès tout en pré­si­dant une com­mis­sion d’enquête sur la TNT, c’est même à ça qu’on les recon­naît”, a taclé sur X Olivier Faure, pre­mier secré­taire du PS. De leur côté, le dépu­té Hervé Bompard (LFI) et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont appe­lé à la démis­sion de Quentin Bataillon, tan­dis que la dépu­tée éco­lo­giste Sophie Taillé-​Polian a annon­cé avoir sai­si le déon­to­logue de l’Assemblée natio­nale pour deman­der la révo­ca­tion de l’élu. Élu qui s’est éga­le­ment fait reca­drer par la pré­si­dente de l’Assemblée natio­nale, Yaël Braun-​Pivert, qui l’a appe­lé à un peu plus de “réserve” et de “dis­cer­ne­ment”. Une petite tape sur les doigts… avant de finir chro­ni­queur chez Cyril Hanouna ?

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.