Pinky Gloves, les gants roses créés par des hommes pour reti­rer et embal­ler les pro­tec­tions hygié­niques

Capture d’écran 2021 04 20 à 10.36.14

Vous cher­chez un pro­duit sexiste, pol­luant et inutile ? Découvrez Pinky Gloves. Une start-​up alle­mande – diri­gée par des hommes, bien sûr – a cru avoir la bonne idée de per­mettre aux femmes de reti­rer et jeter « pro­pre­ment » leurs tam­pons et ser­viettes en créant… des gants en plas­tique rose pétant. Marketing gir­ly, petit for­mat à glis­ser dans le sac à main, Pinky Gloves nous sert du sexisme sur un pla­teau.

Heureusement qu’ils sont roses d’ailleurs, sinon, nous les femmes ne sau­rions même pas qu’ils sont pour nous. Fiers comme des bar-​tabacs, les deux inven­teurs ou plu­tôt les deux égos sur­di­men­sion­nés, André Ritterswurden et Eugen Raimkulow, déclarent même « s’être don­né pour tâche de trou­ver une solu­tion qui faci­li­te­rait la vie de toutes les femmes pen­dant leurs règles, à la fois attrayante et élé­gante ». Pour la petite his­toire la solu­tion serait venue après avoir remar­qué qu’« au bout d’un cer­tain temps, ça ne sent pas bon dans la pou­belle ». Élégant vous dites ? En tout cas danke shön* aux hommes cis d’être là pour nous per­mettre de reti­rer et embal­ler nos pro­tec­tions hygié­niques, eux si inves­tis qu’on en oublie­rait presque qu’ils n’ont pas de règles.

En roue libre sur l’autoroute de la miso­gy­nie, les deux génies ont même séduit l’entrepreneur alle­mand Ralf Dummel (encore un homme) qui a accep­té le 12 avril de les sou­te­nir à hau­teur de 30 000 euros. Malheureusement pour leurs affaires mais heu­reu­se­ment pour nous, Pinky Gloves ne ver­ra fina­le­ment jamais le jour. Face à la vague de colère déclen­chée sur les réseaux sociaux, les com­pères ont visi­ble­ment com­pris l’inutilité de leurs gants. Le 19 avril der­nier sur leur compte Instagram, ils annon­çaient le retrait des gants Pinky du mar­ché. Dans un long com­mu­ni­qué les star­tup­pers s’excusaient « auprès de tous ceux dont les sen­ti­ments et les émo­tions ont été bles­sés » sans oublier de se féli­ci­ter tout de même « qu’un débat impor­tant ait été lan­cé ». Un débat sur quoi ? On cherche encore. Et sur­tout, on attend avec impa­tience le modèle mas­cu­lin bleu pour ceux qui ne se lavent pas les mains après être allés aux toi­lettes.

Capture d’écran 2021 04 20 à 10.38.23
Juste mdr – L'un des start-​upper et son busi­ness angel © D.R.

*Merci beau­coup

Lire aus­si : Est-​on plus tolérant·es avec l’hygiène dou­teuse des mecs ?

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .