Advertisement
woman covering her face with white book

Paye-​toi ton autostage !

La directive, énoncée en février, était passée inaperçue jusqu’à ce qu’un universitaire l’expose sur Twitter, le 7 avril. Cravachant dur pour trouver des solutions face aux difficultés économiques des entreprises dans le contexte épidémique actuel, les services du ministère de l’Enseignement supérieur ont eu la brillante idée… d’ouvrir à « l’autostage » les stages étudiants en entreprise. Le principe est simple, explique la circulaire adressée aux universités : « Accueil par lui-​même d’un étudiant entrepreneur. La convention de stage comportera alors comme organisme d’accueil l’entreprise de l’étudiant entrepreneur. » Là où cela se corse, c’est qu’« attention, le stage devra être gratifié au plafond légal pour des questions de couverture accident. » Donc, en plus de s’autofaire découvrir le monde de l’entre­prise, les étudiant·es sont prié·es de se rémunérer 600 euros pour s’autocouvrir en cas de problème.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .