fbpx
ifop
© Ifop

Marianne et l’Ifop oublient les gar­çons dans un son­dage sur les tenues au lycée

Ça, c’est ce qui s’appelle rebon­dir sur une actua­li­té ! On croyait avoir fait le tour de la sté­rile ques­tion du bon accou­tre­ment des lycéennes depuis que Jean-​Michel Blanquer avait tran­ché en faveur de l'absconse « tenue répu­bli­caine » suite au hash­tag #14septembre de lycéennes reven­di­quant le droit de s'habiller comme elles le sou­haitent mais voi­ci que Marianne relance le débat à l’aide d’un son­dage com­man­dé à l’Ifop et publié ce mar­di 29 sep­tembre.

La ques­tion sou­mise à un panel d'environ 2 000 Français·es est pour le moins décon­cer­tante : « Souhaitez-​vous que les lycées publics auto­risent ou inter­disent aux filles le port des vête­ments sui­vants dans l’enceinte de leurs éta­blis­se­ments ? », avec ces dif­fé­rentes fringues pas­sées à l’inquisition des son­dés : « un mini short ou un short court » ; « une mini jupe ou une robe courte » ; « une robe mou­lante ou un vête­ment ser­ré mon­trant ses formes » ; « un jeans troué ». Surtout, l’étude rentre dans des détails par­ti­cu­liè­re­ment sca­breux, avec un zoom sur la poi­trine des jeunes filles : « no-​bra » [c’est-à-dire l’absence de soutien-​gorge, ndlr] ; « un haut avec un décol­le­té plon­geant » ; « crop-​top » [c’est-à-dire un haut lais­sant appa­raître le nom­bril, ndlr] ou encore « un t‑shirt lais­sant appa­raître [oh god, ndlr] les bre­telles du soutien-​gorge ».

Sans que cela soit vrai­ment une sur­prise, les résul­tats de ce son­dage montrent l'ampleur des cris­pa­tions sur le corps des jeunes filles. Une majo­ri­té des sondé·es sou­haite faire inter­dire chaque vête­ment fémi­nin pas­sé au crible. Car c'est bien le pro­blème de ce son­dage à sens unique : il aurait été inté­res­sant de deman­der aux Français·es leur avis sur les mar­cels mou­lants et autres bag­gys lais­sant entre­voir le fes­sier des gar­çons. Ainsi, on aurait pu faire la part des choses entre celles et ceux qui exigent des jeunes femmes de la pudeur, et celles et ceux qui ont une concep­tion plus « Troisième répu­blique » de l'Éducation natio­nale. L'article décryp­tant la pudi­bon­de­rie géné­rale et l'éternelle sexua­li­sa­tion des corps des filles mises en lumière par ce son­dage ne dit d'ailleurs rien des tenues mas­cu­lines. C'est nous ou y a comme un double stan­dard ?

Mise au point de l'Ifop :

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .