fbpx
Publicité
woman holding her prenant tummy during daytime
© freestocks

Les conseils maternités de la mairie de Séoul font un bide

Terrible nouvelle pour toutes les femmes sud-​coréennes qui tomberont enceintes en 2021 : elles loupent de peu les précieux conseils sur la maternité de la mairie de Séoul. Les recommandations publiées en 2019 – et retirées il y a quelques jours – sur le site d’information sur la grossesse et l’accouchement géré par l’administration, contenaient des conseils pour les femmes enceintes à différents stades de leur grossesse. 

Au programme des premières semaines, il est suggéré aux futures mamans d’éviter de reporter les tâches ménagères. Oui, oui vous avez bien lu. Car pour les autorités, visiblement, passer l’aspi et faire la vaisselle permet de ne pas prendre trop de poids. En somme, peu importe la santé de la mère et de l’enfant, tant que les premières continuent à rentrer dans leurs 36. 

Ce qui n’est pas sans rappeler le badbuzz dont a été protagoniste le magazine français Marie-​France hier 12 janvier.

Et la municipalité va plus loin pour « aider » les femmes enceintes. Dans sa bonté d’âme, il leur conseille d’accrocher les vêtements qu’elles portaient avant leur grossesse dans un endroit facile à voir. Selon eux, jeter un œil à ces fringues les motiverait à garder leurs poids sous contrôle. À Causette, on ajoute même que si elles prononcent « Cristina Cordula » – animatrice régulièrement taxée de grossophobie – dans le noir trois fois de suite, elles ne prendront pas un gramme ! Bref, un programme diététique à faire pâlir de jalousie Karine Le Marchand et son émission Opération Renaissance. 

Lire aussi : « Opération Renaissance » : Les gros font les choux gras de M6

Après s’être attaquée au physique des femmes enceintes, la mairie de Séoul s’est penchée sur leur alimentation. Mais ne vous attendez pas à des recettes faciles à préparer. La mairie de Séoul se soucie davantage du ventre de ces messieurs que de ceux qui leur donnent la vie. À l’approche de leur date d’accouchement, les femmes coréennes sont donc invitées à vider leurs réfrigérateurs afin de préparer trois à quatre repas pour leurs conjoints, évidemment pas habitués à cuisiner. Ces pauvres chatons livrés à eux-​mêmes pendant quelques jours pourront donc réchauffer leurs gamelles, comme des grands. Et ainsi ne pas mourir de faim. On dit merci maman, euh, chérie. 

Et ce n’est pas fini. Avant d’aller accoucher (enfin), les femmes doivent également veiller à laisser suffisamment de papier toilette, de dentifrice, de brosses à dents, de savon mais aussi de sous-​vêtements, de chaussettes, de chemises et de mouchoirs propres… à leurs conjoints. Le temps qu’elles reviennent vite à la maison reprendre leur rôle de bobonne. 

Remarqués par le public dernièrement, ces préceptes pour le moins sexistes ont provoqué un véritable tollé en Corée du sud et ont fini par être supprimés du site de la mairie début janvier. Dans un communiqué parvenu à l’AFP le 11 janvier, la municipalité a reconnu qu’elle n’avait pas soigneusement revu le contenu de l’article avant de le poster sur le site, s’engageant à être vigilante à l’avenir. Mais attention, la municipalité creuse encore ! Elle se défend de sexisme, puisqu’elle assure que ces mesures visaient surtout à prévenir « des désagréments familiaux ». On plaint donc par avance les futurs papas coréens, qui devront désormais se faire à manger et laver leurs slips eux-​mêmes. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .