fbpx
D64AE1BB7F1B45D39B108681CCA08D11
© Gros pour Causette

La mono­ga­mie, c’est l’enfer

Ça leur reste en tra­vers de la gorge ! Le 9 mai, après moult rebon­dis­se­ments, le Parlement de Guinée a modi­fié le Code civil pour faire de la mono­ga­mie le régime de mariage par défaut – la poly­ga­mie, très cou­rante dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, n’étant désor­mais pos­sible qu’avec l’« accord expli­cite » de la pre­mière épouse. Un affront que les phal­lo­crates conser­va­teurs ne digèrent pas. Pour dénon­cer cette héré­sie, tous les argu­ments sont bons, à com­men­cer par celui du grand-​méchant-​lobby : « Les lois qui sont prises aujourd’hui, c’est pour faire plai­sir aux Occidentaux », a fus­ti­gé l’un des deux dépu­tés qui a voté contre ce texte. Fort de son auto­ri­té reli­gieuse, l’imam Alhassane Sampou, lui, a car­ré­ment sor­ti sa carte « fin du monde » : « Si chaque homme épouse trois à quatre femmes, il res­te­ra encore des femmes céli­ba­taires, mais en nombre réduit. Or, on nous impose une seule, c’est très grave puisque la rue sera pleine de débauche », a‑t-​il pré­ve­nu, pre­nant bien soin d’avertir ses ouailles qu’elles cou­raient « le risque d’une grave malé­dic­tion de Dieu ». Et si cer­tains pro­mettent déjà que la loi va « aug­men­ter les divorces », d’autres ont pré­fé­ré dégai­ner l’argument mas­sue du « péril démo­gra­phique ». « Il y a plus de femmes que d’hommes », a ain­si expli­qué à l’AFP Alhoussein Makanéra Kaké, un ancien ministre de la Communication, qui pré­fère encore voir sa fille « deuxième ou troi­sième épouse que de la voir vieillir sans homme ». Eh oui, ne nous y trom­pons pas : si tous ces hommes défendent la poly­ga­mie, c’est pour le bien des femmes, évi­dem­ment. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .