cantine.jpg A
© Gros pour Causette

La France carnivore, tu l’aimes ou tu la quittes !

Soucieux de la santé d’un enfant qui ne mangeait pas de viande à la cantine de l’école municipale, Alain Tuduri, maire de Pont-​de-​Chéruy (Isère) a concocté un régime spécial au petit Kamil, 8 ans. Étant donné « l’impossibilité pour la commune de ne pas servir de la viande », comme il l’a écrit dans une lettre aux parents – qu’ils ont rendue publique sur les réseaux début décembre – et ne souhaitant manifestement pas que le garçon s’en tienne aux accompagnements et au dessert, l’édile a décidé de… le virer de la cantine après les vacances de Noël. Étonnant pour quelqu’un qui, dans son courrier, soulignait également l’importance du restaurant scolaire dans « l’approche de nouvelles saveurs mais aussi le lien social et de convivialité qu’il génère ». Et très tendance à l’heure où l’on a dû se battre pour introduire un repas végétarien par semaine à la cantine (loi Égalim pour une « alimentation durable », en 2019, si l’on doit le rappeler) et où les écolos demandent que moins de bidoche y soit servie. Se nourrir sans viande, « je trouve ça très particulier », s’est justifié ce maire visionnaire dans 20 Minutes. « Pour moi, le refus de manger de la viande est un signe religieux clair », a finalement avancé l’élu. Ah bah voilà ! Fallait le dire tout de suite !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

Une autre manière de nous soutenir… le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .