fbpx
capture decran 2021 07 22 a 08.55.27
Capture d'écran Twitter

La dou­teuse épi­taphe de Bernard Pivot pour Françoise Arnoul

On aura rare­ment connu d’hommage aus­si sexiste. Pour se sou­ve­nir de l’actrice Françoise Arnoul, décé­dée le 20 juillet der­nier à l’âge de 90 ans, Bernard Pivot nous a gratifié·es d’une sym­pa­thique anec­dote sur Twitter. Ce qu’il a rete­nu de Françoise Arnoul, ce ne sont pas ses 60 ans de car­rière, ou sa déco­ra­tion de l’ordre des Arts et des Lettres, encore moins ses soixante-​dix films. Non, pour se sou­ve­nir de l’actrice, Bernard a choi­si de rendre hom­mage… à ses seins, qui « ont fait rêver » l’adolescent bou­ton­neux qu’il était dans les années 50. 

En 1949, Françoise Arnoul 19 ans à l’époque joue son pre­mier grand rôle dans L’Epave de Willy Rosier qui com­porte quelques plans dénu­dés. Scènes en réa­li­té tour­nées par une dou­blure car la jeune fille est mineure, ain­si que le réex­plique doc­te­ment Bernard, qui en connait un rayon ques­tion nichons, dans son tweet. 

Réduire la vie d’une femme à ses seins, on a connu plus classe comme épi­taphe. Mais en même temps, peut-​on encore s’étonner lorsqu’on se sou­vient qu’en sep­tembre 2019, Bernard Pivot expri­mait sur Twitter que « dans [sa] géné­ra­tion, les gar­çons recher­chaient les petites Suédoises qui avaient la répu­ta­tion d’être moins coin­cées que les petites Françaises. J’imagine notre éton­ne­ment, notre trouille, si nous avions appro­ché une Greta Thunberg. » Bon, Bernard, il s’agirait main­te­nant d’entamer une psy­cho­thé­ra­pie pour régler une bonne fois pour toute vos trau­mas d’enfance. Ça vous plai­rait, vous, que votre nécro­lo­gie ne parle que de votre sexisme ?

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .