97 quiche depute
© Gros pour Causette

Fais ce que je dis, pas ce que je fais

Peut-​on à la fois s’alarmer de la disparition des abeilles et approuver des lois qui nuisent à ces insectes ? Chez les députés Les Républicains (LR), oui. Fin décembre 2018, dans Le Monde, trente-​six parlementaires s’émouvaient de la « multiplication des substances chimiques dans l’environnement » et plaidaient pour « un véritable plan de sauvegarde » des butineuses. « Qu’attendons-nous ?! » s’interrogeaient-ils. 

Sur une intuition, Stéphane Foucart, journaliste au Monde, a donc examiné leurs positions dans le récent projet de loi dit « Egalim », sur l’agriculture et l’alimentation. Bingo : « Sur les trente-​six députés signataires de l’appel à sauver les abeilles, trente ont soutenu au moins un amendement contestant l’interdiction des néonicotinoïdes [des insecticides qui contribuent largement à la disparition des insectes, ndlr] », a révélé le journaliste, le 5 janvier. Plus largement, trente-​trois d’entre eux ont signé un amendement qui assouplit l’interdiction d’usage des pesticides d’une manière ou d’une autre. « J’ai contacté les trente-​six députés, j’ai eu peu de réponses, déplore Stéphane Foucart. Ce n’est pas seulement de la négligence, c’est de la tromperie active. Ils sont complètement irresponsables quant à leur devoir de communiquer de façon cohérente. » Remarquez, ils ne sont pas les seuls à donner dans « l’incohérence » : mi-​janvier, le député LR Jean-​Marie Sermier s’est ainsi vanté sur Twitter de manger « une bonne viande » tous les lundis midi – « en réaction à ­l’appel de 500 pseudo-​stars et bobos qui voudraient empêcher les Français de manger de la viande ». Ce monsieur qui a tweeté son steak-​frites est accessoirement vice-​président de la commission développement durable de l’Assemblée nationale. Dans « contradiction », il y a… ? 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

Une autre manière de nous soutenir… le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .