Capture d’écran 2022 06 16 à 10.15.17

En matière de tri sélec­tif, la ville sué­doise de Malmö ne sépare pas le sexisme de l’écologie

Sur le pont Davidshall à Malmö, des pou­belles par­lantes remer­cient d’une façon très par­ti­cu­lière les passant·es d’avoir jeter leurs déchets. Et par par­ti­cu­lière, on entend sexisme et mau­vais goût. 

« Mmm, un peu plus à gauche la pro­chaine fois », « Oh oui, encore », « Haaa… c’était fol­le­ment bon ! » Non, ce n’est pas le dia­logue d’un dou­teux film éro­tique dif­fu­sé la nuit sur le câble, bien qu’en effet on pour­rait s’y méprendre. Il s'agit en fait de la récente ini­tia­tive éco­lo d’une ville sué­doise. Malmö, la troi­sième ville du pays, nous apprend CNN, s’est équi­pée de pou­belles de tri sélec­tif d’un genre un peu par­ti­cu­lier et par par­ti­cu­lier, on entend mau­vais goût. 

Les déli­cieuses phrases citées plus haut sont pro­non­cées par une voix robo­tique fémi­nine à chaque fois qu’un·e passant·e dépose un déchet dans l’une des deux pou­belles du pont Davidshall. Évidemment, la voix de l’automate se veut jeune, sen­suelle et ter­ri­ble­ment agui­cheuse – car ça n’aurait pas le même effet avec la voix de Jean-​Pierre, 68 ans, qui fume deux paquets de gau­loises par jour. Et rien ne sert d’y jeter des tonnes de déchets pour espé­rer tom­ber sur la voix sen­suelle d’un homme, ces pou­belles sué­doises sont exclu­si­ve­ment féminines. 

Accusée (évi­dem­ment) de sexisme sur les réseaux sociaux, la mai­rie a bien ten­té de sor­tir les rames pour se défendre. « Les phrases font par­tie de l’intention de la cam­pagne d’amener les gens à par­ler de la chose la plus sale qui soit : les ordures », a ain­si décla­ré la chef de sec­tion du dépar­te­ment de la ville, Marie Persson, au quo­ti­dien sué­dois Sydsvenskan. Et les ordures, à Malmö, c’est un vrai sujet. Comme le rap­pelle CNN, la ville est depuis long­temps recon­nue comme un pion­nier du res­pect de l'environnement. Déjà des pou­belles par­lantes encou­ra­geaient les riverain·es à gar­der leurs dis­tances pen­dant la pan­dé­mie de Covid-19.

Qu’est-il arri­vé au pays du bon­heur et de l’égalité ? 

D’habitude lorsqu’on parle de la Suède, c’est pour van­ter ce pays modèle où les gens vivent en har­mo­nie, le sou­rire jusqu’aux oreilles. D'après le Rapport mon­dial des Nations unies sur le bon­heur, la Suède serait le 7ème pays le plus heu­reux du monde en 2022. En mars 2021, le Global Gender Gap Report (rap­port mon­dial sur l’écart entre les femmes et les hommes), a clas­sé la Suède cin­quième du clas­se­ment des pays res­pec­tant l’égalité femmes-​hommes. Dans celui des pires ini­tia­tives sexistes, la ville de Malmö coif­fe­rait aus­si le haut du clas­se­ment, à n’en pas douter. 

Mais alors qu’est-il arri­vé au pays du bon­heur et de l’égalité ? Pourquoi diable ne pas s’en être tenu à des « bra­vo » et des « c’est bien » déjà suf­fi­sam­ment infan­ti­li­sants ? « Cette voix sexy est une nou­velle manière mar­rante de faire pas­ser notre mes­sage, et d’encourager les gens qui ont le bon geste en les fai­sant rire », tente de jus­ti­fier Marie Persson. Si pré­ser­ver l’environnement est l’affaire de tous·tes, il semble qu’il n’en soit pas de même avec l’humour. Même le Poubellator – ce pseu­do monstre vert et rose qui dévore vos déchets dans les trains OUIGO – nous esquis­se­rait davan­tage un sou­rire que la poubelle-​érotico-​écolo de Malmö. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.