fbpx
Capture d’écran 2022 06 16 à 10.15.17

En matière de tri sélec­tif, la ville sué­doise de Malmö ne sépare pas le sexisme de l’écologie

Sur le pont Davidshall à Malmö, des poubelles parlantes remercient d’une façon très particulière les passant·es d’avoir jeter leurs déchets. Et par particulière, on entend sexisme et mauvais goût.

« Mmm, un peu plus à gauche la prochaine fois », « Oh oui, encore », « Haaa… c’était follement bon ! » Non, ce n’est pas le dialogue d’un douteux film érotique diffusé la nuit sur le câble, bien qu’en effet on pourrait s’y méprendre. Il s'agit en fait de la récente initiative écolo d’une ville suédoise. Malmö, la troisième ville du pays, nous apprend CNN, s’est équipée de poubelles de tri sélectif d’un genre un peu particulier et par particulier, on entend mauvais goût.

Les délicieuses phrases citées plus haut sont prononcées par une voix robotique féminine à chaque fois qu’un·e passant·e dépose un déchet dans l’une des deux poubelles du pont Davidshall. Évidemment, la voix de l’automate se veut jeune, sensuelle et terriblement aguicheuse - car ça n’aurait pas le même effet avec la voix de Jean-Pierre, 68 ans, qui fume deux paquets de gauloises par jour. Et rien ne sert d’y jeter des tonnes de déchets pour espérer tomber sur la voix sensuelle d’un homme, ces poubelles suédoises sont exclusivement féminines. 

Accusée (évidemment) de sexisme sur les réseaux sociaux, la mairie a bien tenté de sortir les rames pour se défendre. « Les phrases font partie de l’intention de la campagne d’amener les gens à parler de la chose la plus sale qui soit : les ordures », a ainsi déclaré la chef de section du département de la ville, Marie Persson, au quotidien suédois Sydsvenskan. Et les ordures, à Malmö, c’est un vrai sujet. Comme le rappelle CNN, la ville est depuis longtemps reconnue comme un pionnier du respect de l'environnement. Déjà des poubelles parlantes encourageaient les riverain·es à garder leurs distances pendant la pandémie de Covid-19.

Qu’est-il arrivé au pays du bonheur et de l’égalité ? 

D’habitude lorsqu’on parle de la Suède, c’est pour vanter ce pays modèle où les gens vivent en harmonie, le sourire jusqu’aux oreilles. D'après le Rapport mondial des Nations unies sur le bonheur, la Suède serait le 7ème pays le plus heureux du monde en 2022. En mars 2021, le Global Gender Gap Report (rapport mondial sur l’écart entre les femmes et les hommes), a classé la Suède cinquième du classement des pays respectant l’égalité femmes-hommes. Dans celui des pires initiatives sexistes, la ville de Malmö coifferait aussi le haut du classement, à n’en pas douter. 

Mais alors qu’est-il arrivé au pays du bonheur et de l’égalité ? Pourquoi diable ne pas s’en être tenu à des « bravo » et des « c’est bien » déjà suffisamment infantilisants ? « Cette voix sexy est une nouvelle manière marrante de faire passer notre message, et d’encourager les gens qui ont le bon geste en les faisant rire », tente de justifier Marie Persson. Si préserver l’environnement est l’affaire de tous·tes, il semble qu’il n’en soit pas de même avec l’humour. Même le Poubellator - ce pseudo monstre vert et rose qui dévore vos déchets dans les trains OUIGO - nous esquisserait davantage un sourire que la poubelle-érotico-écolo de Malmö.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .