fbpx
5f6875d4280000ea129d3089

« Dream Like Anne », le blush de la honte

« Cette cou­leur accroche-​regard unique répand grâce et beau­té sur la peau », chan­tait le des­crip­tif d’un fard à joues Dream like Anne (Rêve comme Anne). Mais c’est cer­tai­ne­ment rouge, non pas de blush, mais de honte, que la marque de cos­mé­tique hong­kon­gaise Woke Up Like This (WULT) a dû reti­rer son pro­duit cos­mé­tique des ventes le 23 sep­tembre der­nier. Derrière ce blush liquide ven­du à 32,68 euros – et ce scan­dale – ne se cache ni Anne, la duchesse de Bretagne, ni la prin­cesse Anne, fille d’Elizabeth II, et encore moins l’actrice amé­ri­caine Anne Hathaway.

Il s’agit d’Anne Frank. Oui oui, on parle bien de l’adolescente alle­mande de confes­sion juive morte dans le camp de concen­tra­tion de Bergen-​Belsen et célèbre pour son poi­gnant jour­nal intime écrit durant les années où elle s’est cachée avec sa famille à Amsterdam, aux Pays-​Bas.

Vous ne voyez pas le lien entre un fard à joues et l’histoire tra­gique d’Anne Frank ? Eh bien, nous non plus. Pourtant, pour la marque de maquillage, le che­mi­ne­ment est lim­pide. Dans un article du 16 sep­tembre – aujourd’hui sup­pri­mé – du média hong­kon­gais Time Out, WULT pré­ci­sait « rendre hom­mage à Anne Frank, afin d’inspirer [leurs] clientes à vivre leurs rêves et bri­ser les bar­rières entre les sexes. » [sic] Le tout, tenez-​vous bien, dans le cadre du « jour de la sen­si­bi­li­sa­tion à la san­té sexuelle », un évé­ne­ment orga­ni­sé tous les 4 sep­tembre par l’Organisation mon­diale de la san­té. Si vous voyez le rap­port entre la jeune Anne Frank et la san­té sexuelle, on est pre­neuses.

Pas convain­cues non plus par le concept fémi­niste de la marque d’associer une vic­time d’un géno­cide ayant fait 6 mil­lions de morts à une teinte de blush, dans le pré­ten­du but de se battre pour l’égalité femmes-​hommes. Ce dont on est sûres, en revanche, c’est que sur l’échelle du cynisme, la marque a explo­sé le comp­teur. Le mar­ke­ting n’ayant visi­ble­ment plus aucun frein sur l’autoroute de la morale, on est impatient·es de décou­vrir le bri­quet Jeanne d’Arc.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .