fbpx

Decathlon : à fond l’hypersexualisation

MISE À JOUR/​/​Decathlon a répon­du, sur Twitter, à notre article en se défen­dant de toute volon­té de sexua­li­ser les petites filles (voir en bas de l'article).

Decathlon Maillot de bain 2 pieces ©Decathlon 1
© Decathlon

Chez Causette, on pen­sait avoir tout vu en termes de mar­ke­ting dou­teux, mais les marques sont tou­jours là pour nous rap­pe­ler qu’elles peuvent repous­ser plus loin le malaise. Dans cette his­toire, tout com­mence lorsque notre lec­trice Manon se rend dans un maga­sin Decathlon pour y trou­ver un maillot de bain pour sa fille de 10 ans.

La marque de surf Olaian, filiale de Decathlon, y pro­pose une mul­ti­tude de maillots deux-​pièces. Du tur­quoise au rose corail, tout a été pen­sé pour plaire à des petites filles qu’on a hélas habi­tuées, depuis leur nais­sance, à appré­cier des tons gir­ly. Mais Olaian va bien plus loin dans les cli­chés sur le fémi­nin. Au fil de ses péré­gri­na­tions dans les rayons, Manon découvre des hauts de maillot ampli­formes, dis­po­nibles à par­tir de 12 ans : des modèles à coques en mousse fines amo­vibles, pour rem­bour­rer le volume de la poi­trine. Un choix com­mer­cial qui alarme une nou­velle fois sur le regard que notre socié­té porte sur le corps des petites filles en les trans­for­mant en petites femmes dotées d’attributs sexua­li­sés.

Du coup, on a fait quelques recherches sur le site de Decathlon pour cher­cher à com­prendre. Pas besoin de les appe­ler pour leur deman­der une jus­ti­fi­ca­tion, tout est assu­mé dans la rubrique infos tech­niques des maillots de la colère : « La forme de la bras­sière per­met une très bonne tenue dans les vagues tout en étant fémi­nine. » Merci Decathlon, c’est vrai qu’à 12 ans, être fémi­nine est une qua­li­té requise pour faire du surf. Mais le géant de l’équipement spor­tif ne s’arrête pas là et fran­chit un pas sup­plé­men­taire dans la mau­vaise foi : « Ces coques per­mettent de cacher les bouts de seins qui peuvent se voir quand le maillot est mouillé. »

Vous pen­siez avoir tout lu, vous n’êtes pour­tant pas au bout de votre hal­lu­ci­na­tion. Decathlon s’érige ensuite en gar­dien des bonnes mœurs en indi­quant que ces maillots ont pour but de « pro­tège[r] la pudeur de l’adolescente ». Plaît-​il ? Si, si, « car [le maga­sin] a pu obser­ver, grâce à des obser­va­tions [sic], inter­views, qu’à cette période, il n’est pas facile pour une fille d’accepter son corps ». Et les petits gar­çons, on pro­tège leur pudeur avec des coques dans leur cale­çon, peut-​être ?

Sur Twitter, Decathlon a répon­du à notre article ven­dre­di 7 août, en se défen­dant de toute volon­té de sexua­li­ser les petites filles et en pré­ci­sant que pour la marque, l'important est que « tout le monde se sente à l'aise dans son maillot de bain ».

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .