méditation starbucks
© Pascal Gros pour causette

Café frappadingue

Chouette, des étrennes ! Pour entamer cette nouvelle année du bon pied, Starbucks a concocté une petite surprise à ses « partners » – c’est-à-dire ses employé·es dans le jargon de l’« économie ­collaborative ». Le 6 janvier, la première chaîne de cafés au monde a annoncé offrir à chacun·e de ses partners aux États-​Unis un accès premium à l’application de méditation Headspace d’une valeur de 63 euros. « Ils pourront [ainsi] avoir accès à des centaines de méditations accompagnées pour réguler leur stress, trouver le sommeil et calmer leur anxiété », a fait valoir l’entreprise américaine.

Une bonne intention loin de réjouir tous les latte macchiato baristas de la chaîne. Car, depuis quatre ans, des employé·es au bout du rouleau alimentent de signatures (23 700 à ce jour) une pétition contre les méthodes managériales de Starbucks. Elles et ils reprochent à leur partner de ne pas leur permettre de faire suffisamment d’heures pour vivre décemment. « Je suis en train de perdre ma maison, je ne peux plus faire mes courses et tout ce qu’ils font, c’est de nous offrir une stupide application de bien-​être psychique, dénonce l’une des dernières signataires, Kathleen. [Dans ces conditions], aller au travail est déprimant, stressant et me fait perdre des années d’espérance de vie. » Bah alors, Kathleen, tu vois toi-​même que ce cadeau du patron te sera utile plus rapidement que tu le pensais !

Partager