Capture d’écran 2020 07 27 à 17.45.38
© Blossom Brush

Au secours : Blossom brush, une brosse vagi­nale pour « rendre les règles plus faciles »

Bienvenue dans le futur de l’hygiène fémi­nine ! Le prix de l’inventeur de l’année est attri­bué… à la marque amé­ri­caine, Blossom Brush. Cette entre­prise a lan­cé en exclu­si­vi­té mon­diale la pre­mière brosse vagi­nale des­ti­née à net­toyer « les rési­dus de sang » pen­dant les règles. Révolutionnaire. Et pas que.

Féministe auto­pro­cla­mée, la marque se donne pour mis­sion d’« aider » les femmes « à se sen­tir plus fraîches et à rendre leurs règles plus faciles à gérer ». Car oui, « les filles, regar­dons les choses en face, les règles ne sont pas fun du tout » croient savoir les créa­teurs de la Blossom brush sur leur site inter­net.

Alors, exit les odeurs, exit les dou­leurs. Blossom brush nous pro­met, mes­dames, « des règles plus faciles » et se veut, cerise sur le gâteau, éco­lo. Grâce à cette brosse mira­cu­leuse, vous rédui­rez le nombre de tam­pons ou de ser­viettes durant vos règles. Avouez que vous n’y avez pas pen­sé ! Nous, non.

Comme vous, comme nous, la gyné­co­logue amé­ri­caine, Jennifer Gunter, sui­vie par plus de 300 000 per­sonnes sur Twitter (@DrJenGunter) n’en revient pas. « Il semble que chaque jour, une per­sonne pro­pose un nou­veau pro­duit de net­toyage vagi­nal tota­le­ment inutile, mais nocif, com­mer­cia­li­sé comme une avan­cée » écrit-​elle sur son compte le 17 juillet en relayant un post Instagram de la marque. Son mes­sage est très vite deve­nu viral sur les réseaux sociaux, où d’autres inter­nautes ont éga­le­ment expri­mé leur incré­du­li­té et leur colère. Certains jusqu’à cla­mer un : « lâchez-​nous le vagin » ou « foutez-​nous la paix avec notre vagin ».

À l’instar de Dr Jennifer Gunter, d’autres gyné­co­logues ont atta­qué Blossom Brush. Ils rap­pellent par la même occa­sion que la nature étant bien faite, le vagin est un organe auto-​nettoyant. Même une douche vagi­nale reste décon­seillée… Face au tol­lé sus­ci­té par sa brosse, co-​créée par un… gyné­co­logue obs­té­tri­cien, Blossom Brush s’est fen­du d’un com­mu­ni­qué de presse qui re-​dit toutes les « bonnes inten­tions » accom­pa­gnant ce pro­duit. Comme son prix de 20 dol­lars, que même sa cou­leur rose fushia, ne nous ferait pas oublier. Avec de telles inven­tions, c’est sûr, y a de quoi faire mono­lo­guer nombre de vagins !

P.S : À l’heure où nous publions ce texte, Blossom Brush a fer­mé tous ses comptes sur Twitter, Facebook et Instagram. On se demande pour­quoi…

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .